Un bouclier et une montée

  • Un bouclier et une montée
    Un bouclier et une montée
Publié le , mis à jour

Armelle-Auclair FinaleROMAGNAT - LYON l’équipe championne de France montera directement en Top 8. Romagnat sera favorite face à Lyon, qu’elle a battu six fois sur six ces trois dernières saisons.

La magie des phases finales a opéré. Quatrième de sa poule, le Lou s’est qualifié contre toute attente pour la finale après ses succès contre Bayonne en quart (14-12) et Bordeaux en demie (21-8) et a gagné le droit de disputer le bouclier de champion et la montée en Top 8 face à Romagnat. L’Usap étant forfait général, il n’y aura pas de match de barrage et les championnes de France monteront directement.

Les compteurs remis à zéro

Titré en 1994 et 1995 au plus haut niveau, Romagnat a une belle occasion de renouer avec son glorieux passé. En début de saison, le club s’était donné deux ans pour remonter, il n’est plus qu’à quatre-vingts minutes de son objectif. Et il affrontera un adversaire qu’il a toujours battu (six victoires en six matchs) depuis que le Lou a accédé au Challenge Armelle-Auclair. Cette saison, Romagnat s’est largement imposé (33-17, le 22 novembre en Auvergne ; 33-10 le 3 avril dans le Rhône). Mais il ne faut pas compter sur la manager, Annick Hayraud, pour vendre la peau du… Lyon, avant de l’avoir battu. « Cette équipe n’a pas volé ses victoires en phase finale, rappelle-t-elle. Elle a des arguments à faire valoir et est en pleine confiance. Les prendre de haut serait une belle bêtise. En finale, il n’y a plus de premières, ni de quatrièmes. »

Les Lyonnaises aimeraient bien, en effet, déjouer les pronostics et décrocher un deuxième titre de champion de France après celui de 2013, au niveau fédéral. Pour cela, il faudra enfin battre Romagnat. « Nous sommes le petit Poucet et nous n’allons pas nous monter le bourrichon, ni prendre ce match par-dessus la jambe, explique la troisième ligne, Léa Perret. C’est une belle équipe. On la connaît et on la respecte. Mais une finale, ça se gagne. » Et après avoir renversé deux montagnes, elles n’ont pas peur de s’attaquer à une troisième pointe.

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?