Carreiras : « Un club merveilleux! »

  • Carreiras : « Un club merveilleux! »
    Carreiras : « Un club merveilleux! »
Publié le / Mis à jour le

L’entraîneur du Stade Français Féminin, finaliste du Championnat Fédéral, revient sur la fin de saison de son équipe.  

Votre équipe a réussi à tenir son pari de la montée en Armelle-Auclair, mais elle a chuté sur la dernière marche en finale en perdant contre Villelonguet. La joie l’emporte, ou la frustration ?

J’ai vraiment les boules. Nous avons péché par indiscipline. C’est dur de perdre là-dessus en finale juste devant le bouclier de champion de France. La joie de la montée avait été très forte, mais compte tenu des écarts de niveau constatés durant la phase préliminaire, je pensais avec pas mal de certitudes que nous étions en mesure de l’obtenir. Notre plus grand défi avait été de constituer un groupe homogène. Assez rapidement dans la saison, nous avons constaté une très belle entente dans notre groupe. Dès que la dynamique a été enclenchée, nous avons montré de belles choses.

Votre équipe a connu une mutation très rapide, avec votre propre arrivée et celles de nombreuses joueuses. Quelles seront les évolutions pour la saison prochaine ?

Déjà je peux vous dire qu’après avoir goûté aux phases finales, les filles veulent absolument y revenir. Je ne sais pas encore si nous accueillerons de nouvelles joueuses. C’est trop tôt pour le dire, même si le pouvoir d’attraction de ce club est immense. Et son pouvoir d’adhésion aussi. J’ai été conquis, comme toutes les nouvelles joueuses. Je ne m’attendais pas à trouver un club aussi solidaire. Il a fait énormément pour que cette équipe réussisse. Notre président Thomas Savare est venu nous voir en finale, et a prononcé un petit discours magnifique après notre défaite. Un car de supporters avait été mis à notre disposition. Roger Boutonnet, le président de notre association, nous a accompagnés durant tous les matchs de phases finales. Ça compte. Je suis passé par des clubs où il ne fallait pas espérer ces soutiens, qui donnent aux filles la valeur de ce qu’elles font. J’ai été très agréablement surpris par le Stade français.

Votre saison a été marquée par des scores « cartons ». Votre équipe était très au-dessus de ce championnat. Pensez-vous qu’elle est déjà au niveau du championnat Armelle-Auclair ?

Je ne sais pas. On travaillera et puis on verra bien. Je cherche un créneau supplémentaire pour porter à trois le nombre d’entraînements « terrain » la saison prochaine. Nous conserverons la séance de musculation en plus. On va bosser et se serrer les coudes pour revivre une saison aussi remplie. Le Stade Français a une équipe de filles qui construit son aventure avec beaucoup de camaraderie.

Propos recueillis par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir