Mazères-Comminges : L’Union fait la force

  • Mazères-Comminges : L’Union fait la force
    Mazères-Comminges : L’Union fait la force
Publié le

Le rassemblement Mazères-Cazères-Le Fousseret va disputer dimanche à Fleurance  face aux Quatre Cantons sa première finale du championnat de France. Une belle récompense pour ces trois clubs formateurs. 

Mazères- Cassagne, Cazères, le Fousseret, voilà trois cités commingeoises où la culture ovale est profondément ancrée depuis des décennies. Trois clubs qui tirent leur épingle du jeu dans le très exigeant championnat territorial midi-pyrénéen. Trois structures qui ne roulent pas forcément sur l’or, mais qui sont exemplaires dans le domaine de la formation. Pour cela, Mazères et Cazères ont officialisé en 2006 un rapprochement avec leur équipe de jeunes. La saison passée, c’est le Fousseret qui a rejoint l’entente donnant ainsi naissance au rassemblement Portes du Comminges.

Pour sa première année d’existence, deux équipes juniors Phliponeau ont été ainsi engagées. « L’apport du Fousseret nous a permis de porter notre effectif juniors a plus de cinquante licenciés et de mettre en place une deuxième équipe qui s’est honorablement comportée. Elle a disputé le barrage d’accès au championnat de France et s’est inclinée en huitièmes de finale du championnat des Pyrénées », fait remarquer le coprésident de Mazères Daniel Ribère, responsable de cette structure jeune.

Quant à l’équipe A, son parcours est plus que remarquable puisque dimanche prochain à Fleurance, elle va tenter d’accrocher, face à la formation lot et garonnaise des Quatre Cantons, le titre de champion de France. Une consécration que n’ont jamais connue les clubs de Mazères et Cazères. En revanche, le Fousseret a eu le privilège d’avoir été sacrée au plan national en 2002 avec son équipe réserve Honneur.

Un groupe qui ne se pose pas de questions

« Si nous remportions le titre dimanche, fait remarquer le coentraîneur, Christophe Séguéla, cela concrétiserait une saison exceptionnelle. à ce jour, nous sommes invaincus depuis le mois de septembre. Lors de la phase éliminatoire, nous avons bénéficié d’un petit coup de pouce du destin puisque lors des huitièmes de finale face à la Salvetat-Plaisance, nous nous qualifions au bénéfice des essais (15-15) au score final. En demi-finale face à Pézenas-Bédarieux, nous nous qualifions au bénéfice des tirs aux buts. Le score final était de 13 à 13. Mais sur la physionomie de la rencontre, je pense que notre qualification n’était pas du tout usurpée. »

Outre une immense solidarité qui unit ce groupe depuis la catégorie minime. Ce dernier brille par la qualité de son insouciance.

« C’est un groupe qui a la particularité de ne pas se poser de questions, Il ne se met pas du tout la pression », ajoute Christophe Séguéla.

Quoi qu’il en soit du résultat de dimanche, ces jeunes commingeois ont déjà écrit une belle page de leurs clubs respectifs. Il reste désormais à soigner la conclusion. Quant à la performance de cette formation, elle a plongé de bonheur, Albert Cigagna le plus célèbre des Mazériens. Avant de signer à Bagnères, il n’a pas oublié qu’il avait été sacré champion des Pyrénées avec les juniors du MCS. C’était en 1977 face à la formation du Toulouse EC. Près de quarante ans après, Albert a trouvé ses successeurs.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?