Pau féminin : La section d’attaque

  • Pau féminin : La section d’attaque Pau féminin : La section d’attaque
    Pau féminin : La section d’attaque
Publié le

Les Béarnaises vont grimper en F.1 avec de nouvelles ambitions.

Pour l’observateur situé hors des frontières du Béarn, la situation du rugby féminin local n’offre pas une vision claire. Rappelons que le RC Lons a signé une convention avec la structure professionnelle paloise. Mais depuis cette saison, existe aussi la Section Paloise Rugby Féminin intégrée au sein de l’association amateur. Pour parvenir à cette création, les clubs de Coarraze-Nay et Nord-Béarn, en difficulté et en fin de cycle, ont été regroupés sous la bannière verte et blanche avec la bénédiction du comité territorial. Coach, avec Dominique Badets, de l’équipe seniors, Christian Alias a très vite vu les avantages, en termes de structures et de potentiel de joueuses, d’une grande ville. Volontiers il extrapole : « Il y a dans les cartons le projet pour les 30 clubs pros de posséder une section féminine dans leur association. Nous avons anticipé. » Plutôt bien car les seniors paloises ont brillé et acquis leur montée en Fédérale 1.

Les sœurs Poublanc en pointe

Le groupe de la capitaine Chantal Salies est constitué de filles formées dans les clubs environnants. Il est tiré vers le haut par quelques joueuses parmi lesquelles figurent les jeunes Sophie, Julie et Aurélie Poublanc, les sœurs de l’internationale Elodie qui porte le maillot de Montpellier. « C’est du très bon niveau, précise Christian Alias. Elles nous emmènent beaucoup, notamment dans le secteur du travail technique. Et autour, c’est homogène car les filles jouent ensemble depuis les cadettes. » Augmenter les effectifs, améliorer la qualité sont les objectifs définis par le staff et celui des cadettes composé de Christophe Lajus et Eric Pariès. Nous n’allons pas vous mentir, entre Lons version Pau (en Armelle Auclair) et l’association SPRF il y a très peu de communication. Christian Alias avance une formule : « Nous essayons de vivre ensemble sans nous faire d’ombre. Notre but principal c’est de faire jouer le maximum de filles et tous les moyens nous sont donnés pour y parvenir. On attend beaucoup de nous et nous n’avons pas de craintes. Nous sommes prêts à relever ce challenge. » Un jour peut-être, dans la perspective d’une accession au Top 8, on parlera de regrouper les forces vives béarnaises. Mais ceci est une autre histoire…

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?