Les Saracens, le sacre annoncé ?

  • Les Saracens, le sacre annoncé ?
    Les Saracens, le sacre annoncé ?
Publié le , mis à jour

Les Saracens affrontent Exeter, samedi à Twickenham en finale de l’Aviva Premiership. Les Saracens ont tout écrasé cette saison, une défaite viendrait gaché ce cru 2016, quasi-parfait.

Pour les bookmakers, il n’y a aucun suspense, les Saracens devraient l’emporter facilement. En Angleterre les « bookies » se trompent rarement. Comment pourrait-il en être autrement tellement les Sarries ont impressionnés l’Europe du Rugby cette saison. D’abord en dominant de bout en bout la Champions Cup et en apothéose cette finale face gagnée face au Racing. Samedi, c’est un autre morceau qui attend les hommes de Mark McCall, les Chiefs d’Exeter. En championnat, il n’y a pas eu photo. Deux victoires des Rouges et Noirs, 14-11 à Exeter, et une large victoire à l’Allianz Park 36-18. Le seul coup de moins bien des champions a été en lors de la période du tournoi, où ils ont été privés de la moitié de leur effectif (Goode, Farrell, Vunipola etc...). Ils ont alors concédé trois défaites et un match nul.

Un paquet d’avant sans faille…

Et dire que Jacques Burger a annoncé sa retraite avant de jouer les phases finales de Coupe d’Europe et de championnat. C’est dire la profondeur d’effectif des Sarries. Fraser, Rhodes, Vunipola, Hamilton et Wray, tant de monde en troisième ligne. La deuxième ligne est quant à elle indéboulonnable et risque de l’être pour les dix années à venir. George Kruis (25 ans) et Maro Itoje (24 ans) ont tous simplement réalisé une saison exceptionnelle, et en prime le grand chelem avec le XV de la Rose.

Quand aux gros, ça se passe de commentaire, Mako Vunipola, Jamie George ou Schalk Brits et Petrus du Plessis. Une première ligne qui étouffe complètement et écrase n’importe quelle mêlée qui se dresse devant elle.

Un palmarès qui se construit

Saracens sont un club très jeune au niveau européen et même au niveau national. Il a fallu tout construire, et on ne peut pas le faire du jour au lendemain. En 97 ils sont partis de zéro, il y avait uniquement une section amateur, il a fallu bâtir une équipe, acheter des joueurs, créer une dynamique avec les supporters. Le succès est arrivé rapidement avec une victoire en Coupe d’Angleterre, avec François Piennaar (capitaine des Springboks et champion du monde 1995), et Philippe Sellat, Michael Lynagh. Et la même année, le championnat leur tend les mains, et ils finissent à un point de Newcastle. Puis après pendant de nombreuses saisons il y a eu beaucoup d’instabilité. Jusqu’en 2010 ou les Sarries connaissent leur première finale perdue face à Leicester 33-27. Ensuite il y a le titre de 2011 contre ces mêmes Tigers avec une victoire 22-18. Trois ans plus tard, la désillusion face aux Saints (défaite 24-20 a.p. Face à Northampton) retarde leur ascension au sommet. Ils se sont vite repris l’année dernière en l’emportant face à Bath (28-16).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?