• Slimani file à Clermont
    Slimani file à Clermont
Publié le / Modifié le
Transferts

Slimani file à Clermont

Courtisé par le Stade toulousain et le RCT, Rabah Slimani a finalement choisi l'ASMCA. Pour un transfert record !

C'est ni plus ni moins le transfert de l'année. En juin 2017, l'international tricolore Rabah Slimani (26 ans, 26 sélections) rejoindra en effet Clermont-Ferrand, où il s'est engagé pour quatre saisons pleines. Le pilier droit des Bleus honorera sa dernière saison avec le Stade français (2016-2017) avant de gagner l'Auvergne, où l'attend la Yellow Army. Là-bas, il devrait cohabiter un an avec Davit Zirakashvili à droite de la mêlée Jaune et Bleue, avant que le pilier géorgien (32 ans, à Clermont depuis 2004) ne prenne du recul. En fin de contrat en 2017, « Dato » devrait les jours prochains prolonger son aventure en Auvergne de deux saisons supplémentaires (2019), les dernières de son immense carrière.

Billard à trois bandes !

Courtisé par le Stade toulousain et Toulon, Rabah Slimani a finalement considéré que l'ASMCA était à l'heure actuelle le club le plus attractif du championnat. On chiffre d'ailleurs la proposition clermontoise à plus de 650 000 euros par saison, un record pour un pilier droit en Top 14 ! Alors, cela signifie-t-il que Clermont est redevenu attractif aux yeux des internationaux français, sept ans après que Morgan Parra ait rejoint le Michelin ? Incontestablement. Alors, Rabah Slimani serait probablement resté dans la capitale si le Stade français s'était aligné sur la proposition clermontoise. Mais les dirigeants parisiens n'ont pas voulu faire dans la surenchère. Le départ de Slimani demeure néanmoins un gros coup dur pour le Stade français. Après avoir été formé à Sarcelles (Val d'Oise), Rabah Slimani avait ainsi débarqué Porte d'Auteuil alors qu'il n'avait que 16 ans. Le transfert de Slimani à Clermont étant désormais ficelé, cela signifie aussi que les dirigeants de l'ASMCA ont abandonné la piste Charlie Faumuina. Le pilier droit des All Blacks devrait donc débarquer à Toulouse en 2017, au terme de son contrat avec la fédération néo-zélandaise (NZRU). ​

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir