Bayonne à l'usure

  • Bayonne à l'usure
    Bayonne à l'usure
Publié le , mis à jour

Victoire de l’Aviron Bayonnais qui se qualifie en finale de Pro D2 après avoir été longtemps accroché par une équipe de Colomiers qui les aura fait douter.

Dans un stade Jean-Dauger comble, Willie Du Plessis donnait le coup d’envoi de la rencontre. Les visiteurs ne tardaient pas à se montrer dangereux avec un ballon porté dès leur première offensive qui échouait près de l’en-but Bayonnais. Du Plessis pour Bayonne et Skrela pour Colomiers se rendaient alors coup pour coup et, malgré une infériorité numérique pour cause de carton jaune, les Columérins n’étaient distancés que de trois points à la demi-heure de jeu. Ils recollaient même au score peu après la 30e minute avec un drop de Skrela. Dans une première période avec peu de temps mort, ils prenaient les devants au score à deux minutes de la mi-temps sur un essai de Lagain. Piqués à vif, les Bayonnais repartaient immédiatement dans le camp des visiteurs. Alors que la sirène avait retenti, ils continuaient leurs efforts pour marquer mais n’obtenaient qu’une pénalité. Colomiers rentrait alors aux vestiaires avec une avance de quatre points.

Les Bayonnais revenaient des vestiaires avec une grosse envie. Ils mettaient alors la main sur le ballon, laissant très peu d’opportunités aux visiteurs. Leur domination était récompensée peu avant l’heure de jeu avec un essai de Poki qui permettait aux locaux de repasser devant. Portés par un public déchainé, ils ne craquaient pas et Bustos Moyano, à 5 minutes de la fin, mettait les Bayonnais hors de portée.

 

Le fait du match

Le fait du match se situe peu après l’heure de jeu. Les Bayonnais obtiennent une pénalité transformée par Bustos Moyano et l’Aviron prend le large avec 9 points d’avance. Sur l’engagement suivant, Colomiers récupère le ballon et obtient même une pénalité largement dans les cordes de son buteur pour recoller au score. Cependant, suite à un déblayage à l’épaule du deuxième ligne de Colomiers, l’arbitre revient sur sa décision et inverse la pénalité. Bayonne se donne alors de l’air et repart jouer dans le camp adverse sans encaisser de point.

 

L’essai du match

Alors que Bayonne est dans son camp depuis 4 minutes et que Colomiers a remis la main sur le ballon, les locaux disposent d’une mêlée sur leurs 40 mètres. Après l’introduction de Guillaume Rouet, le ballon est éjecté de la mêlée et arrive en bout de ligne. Martin Bustos Moyano prend un trou dans la défense et passe la balle à Kade Poki. L’ailier Bayonnais fait parler sa vitesse et gagne son duel sur le défenseur Columérin pour aplatir le cuir dans l’en-but adverse.

 

L’homme du match

L’homme du match est l’arrière Bayonnais Martin Bustos Moyano. Son 100% au pied a largement contribué à la qualification en finale de son équipe. C’est également lui qui est à l’initiative du décalage qui amène l’essai de Kade Poki, permettant aux Bayonnais de prendre les devants.

 

Les meilleurs joueurs :

A Bayonne : Poki, Bustos Moyano, Monribot, Gayraud, Choirat

A Colomiers : Skrela, Voretamaya, Saout, Béco

 

 

 

A Jean-Dauger (Bayonne) – dimanche 29 mai à 14 h 00 – 15 001 spectateurs

Arbitre : Mr Chalon Maxime (Comité Limousin)

Evolution du score : 3-0, 3-3, 6-3, 9-3, 9-6, 9-9, 9-16, 12-16 (MT), 15-16, 22-16, 25-16, 28-16.

 

BAYONNE : 1E Poki (57e) ; 1T Bustos Moyano (58e) ; 7P Bustos Moyano (7e, 15e, 22e, 40e, 51e, 66e, 76e).

 

Non entré en jeu : néant.

 

Carton jaune : Bustos Moyano (77e).

 

COLOMIERS : 1E Lagain (38e) ; 1T Skrela (39e) ; 2P Skrela (11e, 29e), 1D Skrela (31e).

 

Carton jaune : Saout (6e).

 

Non entré en jeu : néant.

 

BAYONNE : 15. Bustos Moyano ; 14. Poki, 13. Lovobalavu (21. Tisseron 76e), 12. Whitelock, 11. Jané ; 10. Du Plessis (22. Thierry 60e), 9. Rouet (20. Cassang 76e) ; 7. Chouzenoux (5. Taele 62-70), 8. Van Lill (19. Marmouyet 45e), 6. Monribot ; 5. Taele (18. Huete 55e), 4. Gayraud ; 3. Choirat (23. Peikrishvili 57 e), 2. Arganese (16. Labouyrie 66e), 1. Iguiniz (17. Ayarza 76e).

 

COLOMIERS : 15. Saout ; 14. Lagain (20. Bolakoro 40e), 13. Maurino, 12. Nicot, 11. Voretamaya ; 10. Skrela (21. Hilsenbeck 74e), 9. Inigo (22. Neveu 72 e) ; 7. Puech, 8. Bezian, 6. Beco ; 5. Panizzo (19. Thomas 72e), 4. Memain (18. Chartier 49e) ; 3. Roux (23. Delmas 66e), 2. Rioux (16. Turashvili 49e), 1. Dubois (17. Weber 63e).

 

 

 

Pablo Ordas

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?