Un beau triplé

  • Un beau triplé
    Un beau triplé
Publié le

Marseille-Huveaune : Depuis sa création en 2006, l'équipe séniors à 7 enchaîne les succès, elle signe un triplé en Provence.

Fort de ses 500 licenciés, filles et garçons confondus, Marseille-Huveaune voudrait se faire discret dans le paysage du rugby provençal qu’il ne le pourrait pas. On ne peut occulter le cheminement de ce club, né en 2001 et qui, à force de volonté et persévérance, n’a cessé de grandir dans tous les secteurs. Ainsi, chez les garçons, toutes les équipes affichent complet, de l’école de rugby aux vétérans. Mais ce sont ces demoiselles et ces dames qui font l’actualité, en particulier l’équipe seniors à VII qui récolte les fruits d’un travail de longue haleine, avec comme récompense ce troisième bouclier de Provence consécutif décroché récemment. « Nos entraîneurs, Félicie Guinot dont c’était la première saison avec cette équipe, Didier Rojel et Clément Sadras, peuvent être fiers de cette nouvelle récompense car c’est le club tout entier qui est couronné », se réjouit l’un des présidents Fernand Peyron. Les Marseillaises ont débuté dans une poule de brassage Sud-Est avec Saint-Maximin, Jargilles, Vidauban et Noves.

De 30 à 60 licenciées

Puis elles ont enchaîné en poule « haute » avec Vidauban, Aubenas, Bourg-Saint-Andéol et Miramas. « Pour jouer la finale Sud-Est, il fallait finir dans les deux premiers », rappelle Félicie Guinot. Ce fut le cas l’an dernier avec une première place obtenue mais pas cette année. La suite reste néanmoins réjouissante avec un troisième bouclier de Provence consécutif décroché face à Miramas et Noves sévèrement battus. « Nous n’avons pas encaissé un seul essai face à ces deux équipes », se satisfait le trio de coachs Guinot-Rojel-Sadras. Outre la fierté de ce nouveau titre, le club peut également d’avoir vu le nombre de licenciées passer de 30 à 60 en un an. Sans oublier les classes rugby à Marseille mises en place dans un collège pour les moins de 15 ans et un lycée pour les moins de 18 ans. Marseille-Huveaune n’a sans doute pas fini de faire parler de lui, enfin, d’elles plus exactement.

Par Jean-Philippe Martinez

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?