Au fait, Toulouse est qualifié...

  • Au fait, Toulouse est qualifié...
    Au fait, Toulouse est qualifié...
Publié le / Mis à jour le

Départ de Vincent Clerc, tensions en internes, nombreux sont les sujets extra-sportifs qui parasitent la fin de saison de Toulouse. Pourtant, le Stade s’impose discrètement comme un outsider crédible pour le Brennus.

Dimanche au sortir de la victoire contre Clermont (22-11), la priorité était de dire au revoir aux partants. Vincent Clerc, Imanol Harinordoquy, Louis Picamoles, tous ont eu le droit à leurs hommages et ovations. Pourtant, l’essentiel n’était peut-être pas là. Sans en parler, le Stade toulousain venait d’officialiser sa qualification pour les barrages du Top 14. S’il ne faisait aucun doute depuis quelques semaines que les Rouge et Noir allaient participer aux barrages, les Haut-Garonnais ont vécu une période difficile en milieu de saison.

Une fois évacués, les doutes ont peu à peu laissé place à des certitudes. « La victoire à Toulon nous a fait beaucoup de bien », avouait Maxime Médard après une belle prestation face à Clermont. L’arrière fait référence au succès 10-12 à Nice contre les joueurs de la Rade. Il faut dire que Toulouse reste sur cinq victoires consécutives. Le Racing, Toulon et donc Clermont ont fait partie de leurs victimes durant cette série. Autant d’équipe que les Toulousains pourraient retrouver au moment des barrages.

 

« Toulouse n’est pas un club orgueilleux mais fier »

Dans le jeu, c’est de mieux en mieux pour Ugo Mola et ses hommes. Quelques imprécisions demeurent mais le match contre le leader, meilleure équipe à l’extérieur du championnat, a laissé entrevoir quelques très belles séquences. Certes, Clermont avait largement remanié son équipe pour venir à Ernest-Wallon, mais Ugo Mola ne fait pas la fine bouche. « Contre Clermont, on a eu le rugby pour se mettre à l’abris. »

A l’abris, le Stade toulousain l’est depuis qu’il est qualifié pour les barrages. Un quart de finale qu’il pourrait même recevoir si les résultats lui étaient favorables lors de la dernière journée. Quoi qu’il arrive le Stade toulousain pourrait être le poil à gratter de cette fin de saison. Alors que l’on parle beaucoup du Racing, de Toulon, de Clermont ou de Montpellier, Toulouse n’a pas l’intention de faire de la figuration. « On a laisse beaucoup de points en route mais maintenant on est lancé. Toulouse n’est pas un club orgueilleux mais fier , affirme l’entraîneur Stadiste avant de conclure. On se prépare à être une équipe difficile à manœuvrer. »

Par Lucas Vola

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir