Barrages à domicile, un avantage certain

  • Barrages à domicile, un avantage certain
    Barrages à domicile, un avantage certain
Publié le / Mis à jour le

Alors que la dernière journée de Top 14 se dispute ce week-end, la course pour disputer un barrage à domicile fait rage. Et en regardant les statistiques, on comprend pourquoi.

Montpellier, Racing, Toulon, Toulouse. Quand certains vont se battre afin d'éviter les barrages, d'autres vont tout faire pour les disputer sur leur terrain. Actuellement, les Racingmen et les Toulonnais auraient « la chance » de recevoir lors des barrages disputés la semaine prochaine. Mais le Stade toulousain devrait jouer sa chance à fond et essayer de chiper une des deux places.

Dans quel but ? Tout simplement, parce que statistiquement, disputer un barrage du Top 14 à domicile garantit de plus grandes chances de victoire. Depuis la mise en place de ce système de phases finales, en 2009-10, seulement trois équipes ont réussi à aller s'imposer hors de leurs bases et ainsi se qualifier pour les demi-finales. 

Un net avantage donc, mais si exploit il y a, autrement dit si une équipe réussie à s'imposer à l'extérieur, celle-ci a deux chances sur trois de se retrouver en finale par la suite. Un succès loin de son antre semble donner confiance et la dynamique nécessaire afin d'aller jusqu'au Stade de France (Barcelone et le Camp Nou cette année). Cependant, malgré une présence en finale, jamais un club victorieux de son barrage à l'extérieur n'a été champion de France. 

 

Castres et le Racing, spécialistes des barrages

Au delà de la lutte pour les barrages à domicile, une autre place fait rage : celle de dernier barragiste entre Castres et Bordeaux-Bègles. Outre leur avantage sportif certain, les Castrais bénéficient d'une statistique assez incroyable. Depuis six saisons que les barrages ont été mis en place, le CO les a disputé à cinq reprises. Seul le Racing 92 a fait aussi bien avec, lui aussi, cinq barrages disputés. C'est donc en spécialiste de l'exercice que s'avancent les hommes de Christophe Urios lors de cette dernière journée pleine d'enjeux. 

Par Kevin Saccani

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir