Encore plus haut ?

  • Encore plus haut ? Encore plus haut ?
    Encore plus haut ?
Publié le , mis à jour

Drancy - Fédérale 3 Toujours qualifié en première et en réserve, le club jouera en fédérale 2 la saison prochaine. Avec un titre de champion dans la poche ?

Avec sa réserve qualifiée en demi-finale et son équipe première en quart de finale, le club de Drancy est celui de Fédérale 3 dont la saison sera la plus remplie. à ce stade de la compétition, aucun autre club que celui-ci ne marche encore sur ses deux jambes. Cette aventure collective a connu son pic de bonne humeur dimanche dernier quand les réservistes, revenus en premiers de leur cours voyage à Étampes, ont accueilli à bras ouverts, dans le club-house, à la nuit tombante, les équipiers premiers revenus plus tardivement de leur périple à Nogent-le-Rotrou. Les uns venaient de battre facilement Évreux (31-3), les autres s’étaient défaits du Rheu (14-3). Ils ont célébré dans une belle liesse ce double résultat qui leur donne un titre national collectif honorifique et qui, pour les équipiers premiers, brise aussi leurs mauvaises habitudes.

Antony et Puilboreau au programme

Cette équipe « yo-yo », trois fois montée en Fédérale 2 et trois fois redescendue en Fédérale 3, selon un rythme régulier digne d’un métronome, perdait ses matchs de phase finale les années d’accession, une fois atteint l’objectif de la montée. Et c’est l’année ou rien n’a été décidé qu’elle semble enfin s’affirmer. « Nous étions dans une année de transition, avec une nouvelle équipe technique. Nous envisagions une accession en Fédérale 2 plutôt la saison suivante. Notre seul objectif était d’intégrer le plus possible nos jeunes, pour agrandir notre réservoir », explique le manager Laurent Plot. Ce qu’ils firent.

Les deux entraîneurs Jimmy Delhaye et Emmanuel Tordjman avaient aligné, en 32e de finale contre La Roche-sur-Yon, une charnière d’anciens juniors, accompagnée d’un centre de leur génération. Ce club de Drancy a produit son année la plus faste au moment où il s’est retourné sur lui-même pour faire émerger ses forces vives. Le manager Laurent Plot est « né » dans le club. Le directeur technique Samuel N’Dan aussi. Les entraîneurs Emmanuel Tordjman et Jimmy Delhaye y ont achevé leur carrière de joueurs avant de passer leurs diplômes et de s’asseoir sur le banc. Tout comme Jérémy Berrou et Olivier Ackerman, les deux entraîneurs de la réserve. à l’intersaison, seules six recrues ont été signalées. Cet effectif stable, qui a la particularité de faire cohabiter un « fils de », avec un « neveu de », et un « frère de »

- respectivement le troisième ligne Julien Lescarboura, le fils de Jean-Patrick Lescarboura, le centre Matthew Dubois, fils de Philippe Dubois, l’ancien troisième ligne du Puc, et neveu de Jean-Frédéric Dubois, l’entraîneur des trois-quarts de l’équipe de France, et Abdoulahi Camara, le frère du troisième ligne international Yacouba Camara - était parvenu durant la saison à rééquilibrer ses forces entre son jeu d’avants et de trois-quarts. « Et en 16e de finale contre Plouzané, je pense que nous avons eu un déclic, dit Laurent Plot. Notre jeu a trouvé toute sa cohérence. Je crois que c’est à cet instant que nous avons construit le succès suivant contre Le Rheu. » à confirmer ce week-end sur le joli terrain du Blanc-Mesnil, en quart de finale contre Antony, tandis que la réserve jouera sa demi-finale contre Puilboreau.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?