Catrakilis : « Dulin est un vrai danger »

  • Catrakilis : « Dulin est un vrai danger »
    Catrakilis : « Dulin est un vrai danger »
Publié le / Mis à jour le

Demetri Catrakilis - Ouvreur de Montpellier Le MHR envoie son équipe type pour décrocher sa demi-finale. Son buteur providentiel décrypte ce choc au sommet.

Le MHR joue-t-il un quart de finale face au Racing dimanche ?

Tout à fait. Si nous remportons cette opposition, nous évitons un match de barrage à domicile et gagnons donc une semaine de repos. Le Racing est une des meilleures équipes du Top 14 et nous allons donc passer un vrai test. Notre premier match de phases finales.

Quelles sont les forcesdes Franciliens ?

C’est une formation très complète. Ils ont d’excellentes individualités capables de faire la différence. On devra se méfier de leur jeu au pied d’occupation et de pression, ainsi que de leur capacité à contre-attaquer, incarnée par Brice Dulin. C’est un vrai danger. Et je ne vais pas parler dans les détails de leur pack surpuissant et de leur touche, une des meilleures du championnat. Nous devrons donc exécuter à la perfection notre système de jeu pour triompher d’un adversaire qui nous ressemble beaucoup.

Votre regard sur votre probable duel face à Johan Goosen ?

J’ai joué face à lui trois fois par an en Afrique du Sud durant trois saisons. J’aime vraiment tout ce qu’il fait lorsqu’il évolue à l’arrière mais il a aussi les qualités nécessaires pour jouer à l’ouverture : une belle passe, un gros coup de pied et une superbe vision de jeu. C’est un peu le François Steyn du Racing mais surtout, ne le répétait pas à mon partenaire… Car il n’y a qu’un seul Steyn (sourire) !

Personnellement, vous semblez avoir beaucoup progressé en défense sur vos dernières sorties. Est-ce un axe de travail prioritaire pour vous ?

En fait, la présence de François (Steyn, N.D.L.R.) à côté de moi me rassure énormément. Comme celles de Benoît (Paillaugue) et d’Anthony (Tuitavake). J’ai beaucoup progressé à leurs côtés et j’ai aussi franchi un cap psychologique. Mais pour mettre des « caramels » à Vermeulen l’an prochain, il faudra qu’il coure moins vite et perde vingt kilos (sourire) !

Quel est le secret de votre précision au pied face aux perches (154 points marqués) ?

J’ai un passé de footballeur. De ce fait, j’ai tapé dans un ballon toute ma vie, qu’il soit rond ou ovale. Mais surtout, je m’entraîne beaucoup individuellement en travaillant mon jeu au pied une demi-heure par jour en moyenne. De plus, je me concentre beaucoup sur la visualisation mentale du coup de pied. Je visualise toujours mon geste dans ma tête avant de m’élancer. C’est un outil du buteur qu’on a à peine commencé à explorer dans notre sport et qui, pour moi, fait la différence.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir