Qera, le bras droit

  • Qera, le bras droit
    Qera, le bras droit
Publié le / Mis à jour le

Ce soir Montpellier se déplace au Racing 92 pour le choc de cette 26e journée. Jake White a aligné la grosse équipe, et comme d’habitude lors des gros matchs, le fidjien Akapusi Qera est titulaire.  

Il y a du monde en troisième ligne au MHR, Ouedraogo, Liebenberg, Mowen, Spies, Battut, Galletier, Du Plessis et... Qera. Le Fidjien est de tous les gros matchs avec le MHR. Une force présente, sur laquelle peut s’appuyer Jake White. Numéro 8 polyvalent, puissant en défense et efficace dans les zones de ruck, il se complet parfaitement avec Pierre Spies et Fulgence Ouedraogo qui seront de la partie ce soir face à Colombes.

Arrivé dans l’Hérault en 2014, Akapusi Qera s’est bien installé à Montpellier. Car avant il a voyagé. Il joue avec les Pertemps Bees (Birmingham) jusqu’en 2007 avant de rejoindre Gloucester. Finaliste de la coupe anglo-galloise en 2009 et vainqueur de cette même coupe en 2011, il décide, en 2013, de s’expatrier en France et de rejoindre le Stade Toulousain en tant que joker médical de Grégory Lamboley.

Le capitaine de Montpellier, Fulgence Ouedraogo se souvient qu’à son arrivée, le MHR allait faire une bonne affaire : «  Il avait fait des bonnes prestations avec Toulouse, et puis sa carrière internationale parle pour elle, c’est le capitaine des Fidji, il a disputé deux Coupe du Monde ».

 

 

Un homme de vestiaire

 

Son statut de capitaine des Fidji lui sert en club. Des hommes d’expérience, il y en a Montpellier, les frères Du Plessis, François Steyn et Ouedragogo et bien d’autres encore. L’effectif du MHR est mature. Mais le Fidjien en général apporte toujours quelque chose dans un effectif : «  Comme tous les Fidjiens, il met la bonne ambiance, il chambre, il plaisante » continue l’international français. Mais il y a l’aspect de leader qui ressort aussi chez l’international aux 39 selections : « C’est un bon relai, il prend souvent la parole dans les vestiaires. Quand il a un message à faire passer, il le fait. Son rôle, il le prend très au sérieux. ». Plus le MHR aura de leaders, plus l’équipe va progresser.  

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir