Stade Français, si près, si loin

  • Stade Français, si près, si loin
    Stade Français, si près, si loin
Publié le / Mis à jour le

Malgré une envie de produire du jeu et de ramener quelque chose de Castres, le Stade Français concède une nouvelle défaite qui met fin à une saison galère.

 « On va essayer de ne pas en prendre 60 comme c'est annoncé », avait lâché Djibril Camara en conférence de presse. Lui et ses coéquipiers ont tenu parole. Au-delà du score, les Parisiens ont réalisé une prometteuse prestation sur la pelouse de Pierre-Antoine. Les hommes de Gonzalo Quesada ont toujours chercher à jouer dans cette rencontre. Mais leur fougue fut freiné par leur indiscipline. Après moins de dix minutes, Castres menait 6-0 et les Parisiens se retrouvaient à quatorze suite à un geste dangereux de Macalou. Cette infériorité numérique leur coûta cher puisque Rory Kockott après une superbe action individuelle s'en alla aplatir dans l'en-but parisien. Après seulement 12 minutes, on pouvait se dire que les 60 points se rapprochaient à grand pas. Mais la jeunesse parisienne remit la marche avant et après une très grosse erreur de Grosso, fût récompensée par un essai de pénalité (13-7).

 

Burban, Parisse, Lakafia, Sempéré, Plisson, Papé. Une longue liste d'absents sur blessure qui s'est fait sentir à Pierre-Antoine. Bien entendu, cela a permis au staff parisien de montrer sa prochaine génération de jeunes joueurs. Mais le manque d'expérience et quelques fois d’indiscipline coûte au Stade Français un résultat. Dans une deuxième période où ils ont toujours chercher à envoyer du jeu – récompensé par une deuxième essai -, les jeunes parisiens ont commis trop d'en-avant et se sont fait surprendre à trois reprises. De l'envie, de la générosité mais un jeu trop limité. En somme, le résumé de la saison parisienne.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir