Loïc Jacquet : « Un groupe plus soudé »

  • Loïc Jacquet : « Un groupe plus soudé  »
    Loïc Jacquet : « Un groupe plus soudé »
Publié le , mis à jour

L’hommage à Loïc Jacquet et consorts était vibrant, dimanche soir après Clermont – La Rochelle. Mais au-delà de l’émotion, le deuxième ligne pense « Brennus ».

Quel hommage...

Ce n’est pas donné à tout le monde. Et j’en suis très fier. Voilà, il n’y a pas de tristesse de mon côté, il y a justesse de la fierté...de la fierté et du bonheur. C’est une fierté d’entendre ce public scander mon nom devant mes amis, ma famille, c’est un réel bonheur et une très grosse fierté. Et puis ça restera toujours mon club de cœur, je serai toujours heureux de revenir ici. Ce n’est pas un adieu, c’est juste un au-revoir... J’aurais toujours plaisir à revenir jouer dans ce stade, même si ça piquera à mon avis quand je reviendrai (il rit).

Votre club de cœur, depuis gamin ?

J’ai quelqu’un de ma famille, Eric Lecomte, qui y a joué durant 17 ans. Donc déjà, il y a un petit côté affectif. Et puis je venais voir les matches. Je suis d’à côté de Bourges, de Saint-Florent-sur-Cher, donc je venais voir les matches quand j’étais petit. Le premier match que j’ai vu, il y avait encore la tribune en bois, donc... Voilà, je faisais signer les autographes. Ca toujours été mon club de cœur. Mon premier maillot que j’ai acheté, c’était celui de l’ASM ! Non c’est... (ému)

Comment sentez-vous les phases finales?

Le but de la saison c’était de gagner un titre. Malheureusement, on n’a pas pu le faire en coupe d’Europe. Donc là c’est clair et net que le Top 14... On veut aller chercher ce bouclier. Ca fait onze mois qu’on travaille dur ! Maintenant, on est six équipes à pouvoir prétendre à ce bouclier, donc le plus dur commence. Je suis convaincu qu’on a un très bon groupe, un grand groupe, qui mentalement est fort, peut-être plus...ou du moins peut-être un peu plus soudé. Et on peut faire quelque chose de grand, donc il faut croire en nous. Puis maintenant on est à deux matches du bonheur...

Pourquoi avoir choisi Castres pour poursuivre votre carrière ?

Je suis très club famille, et Castres est un club qui a ses valeurs. Christophe Urios est un manager qui est connu et reconnu pour ses qualités humaines, de management, et c’est un challenge sportif et humain qui m’intéresse beaucoup. Certes, Castres ce n’est pas le plus gros budget, certes ce n’est pas la plus grosse ville, mais c’est une équipe qui est quasiment toujours présente en phase finale... Sportivement c’est un haut niveau, et ça me donne envie de réussir quelque chose là-bas, un nouveau défi. C’est une nouvelle aventure. Humainement, je pense qu’il va y avoir des choses fortes. C’est un projet qui me plaît, quoi !

Par Antoine Faure

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?