Cœur à damiers, tête étoilée

  • Cœur à damiers, tête étoilée
    Cœur à damiers, tête étoilée
Publié le , mis à jour

L’association CABBG a brillé cette saison de mille feux. Trois finales et deux titres sont venus consacrer une profonde culture de la formation.

Si on veut bien admettre le fait, mais qui osera le contester, que les championnats Reichel-Espoirs, juniors Crabos et cadets Alamercery sont les catégories reines des épreuves françaises dédiées aux jeunes, alors il faut saluer avec infiniment de considération la performance exceptionnelle de Bordeaux-Bègles qui a placé ses trois équipes en finale et décroché les titres de champion de France Reichel contre Clermont, et cadets aux dépens de Colomiers. Les juniors Crabos de Nicolas Zénoni qui comptent… 7 internationaux, s’inclinant face à Toulon. Premiers de leur poule, le demi de mêlée Jules Gimbert (le fils du « rapetout » Philippe et de Cathy la sœur de Christophe Reigt) et ses copains auraient mérité eux aussi un trophée. Cela dit, aucun club n’a fait mieux. Les avis sont unanimes, les moins de 16 ans de Julien Antonin ont réalisé une prestation de haut vol pilotée par leur numéro 9 et capitaine Germain auquel on prédit un brillant avenir. La qualité de cette équipe Alamercery s’est construite dans le creuset de la formation minimes qui fait la fierté du CABBG depuis des lustres. Il est même permis de parler d’une tradition dont le manager général Michel Maillet, au club depuis cinquante-trois ans, est le garant : « Nous sommes singuliers pour au moins trois raisons. L’état d’esprit du club s’inscrit depuis vingt ans dans une tradition éducative et sociale. Nous logeons une cinquantaine de jeunes que nous suivons sur le plan scolaire et professionnel. L’autre point concerne la forte stabilité des encadrements dans un esprit très familial. Nous vivons ensemble, l’amitié est le ciment de cette construction. Des minimes à l’équipe professionnelle, nous avons le même projet de jeu innovant, moderne et résolument basé sur l’offensive, appliqué par des techniciens de grande qualité. Enfin, l’entente est excellente avec les pros de l’UBB et Laurent Marti s’implique beaucoup, il est très présent auprès des jeunes et il nous fait confiance. Il a la passion du jeu et des joueurs, tout l’intéresse. »

Valeurs d’homme et de citoyen

Les Bordelo-Bèglais se réjouissent de ces performances qui mettent en évidence leur sérieux car paradoxalement, ils ne sont pas épargnés par les critiques. À leurs détracteurs, ils ont beau jeu de répliquer : « 60 % de nos jeunes sont issus de la formation bèglaise. On restitue dans le comité beaucoup plus de jeunes que nous en prenons et nous avons d’excellentes relations avec les clubs. »

Alban Moga qui copréside l’association CABBG auprès d’Éric Limouzin savoure cette embellie qui n’aurait rien d’un hasard : « De son temps déjà, mon père, André Moga, était très attaché aux principes de la formation. Cette année c’est exceptionnel, c’est un travail de fond du bâtisseur en chef Michel Maillet et des éducateurs au service de bonnes générations de joueurs. Malgré des hauts et des bas, nous avons toujours su garder un cap. Je suis très heureux pour tous ces gens qui œuvrent au quotidien depuis vingt-cinq ans à la fois pour former des jeunes à bien jouer au rugby, mais aussi pour leur donner des valeurs d’homme et de citoyen. Notre devise pourrait être : le cœur et la tête. C’est très encourageant pour l’avenir. Je crois vraiment que nous sommes dans une bonne spirale et que c’est précurseur de ce qui doit se faire demain dans le rugby français. » Les Girondins sont prêts.

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?