Tavaux / Dôle : Rêves de grandeur

  • Tavaux / Dôle : Rêves de grandeur
    Tavaux / Dôle : Rêves de grandeur
Publié le , mis à jour

Le rapprochement entre les deux clubs a capoté mi-mai mais des dirigeants dôlois ont décidé de se rapprocher de Tavaux-damparis pour créer le « Grand Dôle », une structure capable de se pérenniser à terme en Fédérale 2.

Pendant que les derniers clubs encore en lice en Fédérale et en Séries en décousent sur les terrains pour toucher du bois, les déçus, relégués ou non-qualifiés, s’activent en coulisses. Entente, fusion, absorption, les termes varient mais la problématique est la même. Il s’agit d’unir ses forces pour rester compétitif. Il y a un peu plus d’une semaine, l’US Romans et le Roc (Valence-La Voulte) annonçaient qu’ils allaient unir leur force pour créer un grand club en Drômois et faire acte de candidature sportive pour le Pro D2. Sur la Côte d’Azur, Provence XV est né (lire ci-dessous), et La Valette (Fédérale 3) et Le Canton-La Garde (Promotion Honneur) sont en discussions depuis plusieurs semaines. Mais rapprocher des voisins, opposés depuis des années ne se fait pas toujours sans heurts, à l’image du rapprochement tenté l’été dernier entre Digoin et Paray-le-Monial.

« La porte n’est pas fermée »

Dans le Jura, où le rugby n’est pas le sport numéro 1, Tavaux-Damparis (4 000 habitants) et Dôle (25 000 habitants), dont les derbys animés ont fait le bonheur de milliers de spectateurs au fil des saisons, ont tenté le rapprochement. Distants de onze kilomètres, et tous les deux relégués, le premier en Fédérale 3, le deuxième en Honneur, les deux clubs ont soumis la question à leurs licenciés. Le 11 mai, les Tavellois votaient oui à une large majorité. Mais le lendemain soir, les Dôlois refusaient le rapprochement, au grand dam d’une partie des dirigeants favorables à l’union. « J’ai travaillé au projet de fusion activement depuis deux ans, explique l’ancien président dôlois, Mathieu Marcelli, qui a démissionné après le refus de rassemblement. Dans une région comme la nôtre, il faut une locomotive ! Nous étions sollicités par certains sponsors. De même les sponsors institutionnels soutiennent ce projet. Il est nécessaire pour avancer de mutualiser les moyens structurels, humains, et le nombre de licenciés. »

Avec d’autres dirigeants, Pierre Clos-Cavet, ancien président, Sophie Ducordeaux, trésorière et responsable du sponsoring, ou encore Jean Alison, il s’est rapproché des Tavellois et du président, Denis Sève, soutenu par les trois mairies dont dépend son club (Tavaux, Damparis, Abergement). Vu d’un bon œil par l’agglomération et la ville de Dôle, le projet consiste à créer le « Grand Dôle », un club capable de se pérenniser à terme en Fédérale 2, et de doubler le budget, actuellement autour de 300 000 €. « Nous avons fait l’Europe, les régions fusionnent, il faut se regrouper, plaide Denis Sève. La porte n’est pas fermée à nos amis dôlois s’ils veulent nous rejoindre, maintenant, ou plus tard. »

Contacté, l’US Dôle préfère ne pas s’exprimer. Alors que Tavaux va structurer son projet de club du « Grand Dôle » dans les semaines à venir, dont Mathieu Marcelli deviendra coprésident, avec Denis Sève, son voisin se réunira dès demain avec l’ensemble de ses dirigeants pour préparer la saison à venir, en Honneur.

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?