Mazères-Cassagne : 108 ans de passion

  • Mazères-Cassagne : 108 ans de passion
    Mazères-Cassagne : 108 ans de passion
Publié le

Promotion –Honneur - Dimanche, le Mazères-Cassagne sport va disputer la première finale nationale de son histoire face à Biscarosse à Hagetmau.  Club formateur, ce dernier   se flatte d’avoir formé Albert Cigagna et William Servat.

Mercredi soir, le stade des Bouque-de Lens, à Cassagne, c’est le rectangle vert du Mazères-Cassagne Sport. Ce soir-  là, le groupe senior est encore à l’ouvrage sous la direction de Patrice Sablé et  Joël Marcel, les deux mentors. Dimanche à Hagetmau, les Commingeois  vont en découdre face à Biscarosse pour le titre de champion de France de Promotion-Honneur. Une belle aventure sportive pour ce club qui affiche fièrement ses 108 années d’existence et les deux villages de Cassagne et Mazères qui regroupent à peine 1200 habitants.

«  Nous sommes le seul club du Canton de Luchon », lance fièrement le co-président Philippe Souquet. Mazères-Cassagne Sport, un club territorial, nourri aux mamelles de l’amateurisme, c’est le rugby d’en bas, celui des bénévoles dont la passion est chevillée aux corps et qui n’épargne pas  leur temps et leur argent pour la tunique rouge et noire.

Un club qui n’a jamais connu la joie d’un sacre national, mais qui est fier d’avoir conquis   neuf titres régionaux chez les seniors en 1924, 1964 3ème Série, 1970 2ème Série, 1986 1ère Série ;  1988, 1992, 1995 Honneur ; 1992, 1997 avec son équipe réserve Honneur. L’autre fierté du MCS  remonte il y a trente ans en arrière où l’équipe fanion avait réalisé un excellent parcours en Coupe de France. Elle s’était hissée jusqu’aux 32ème de l’épreuve. Une épopée que n’a pas oubliée Jean-Luc Serrano, bouillant  pilier de cette époque «  Nous étions en Première Série. Successivement, nous avions éliminé Argelès-Gazost (3ème Division), Céret (2ème Division) et nous perdons de justesse (10-4)  face à Blagnac qui était en Groupe B. Nous avions la chance de recevoir. La Coupe de France, elle reste à jamais un grand souvenir pour tous ceux qui ont vécu cette aventure. »

L’ŒUVRE D’ANDRE MIROUZE

Dans le mundillo midi-pyrénéen, Mazères-Cassagne est lié à la formation. Le MCS a sorti de belles pépites tels qu’Albert Cigagna, le grand « 8 » du Stade toulousain,  le Toulousain, William Servat finaliste de la Coupe du monde 2011 et plus près de nous les Bordelais Julien Rey et Pierre Bernard.

Mazères –Cassagne rime avec formation et c’est l’œuvre d’un homme,  du Saint-Gironnais, André Mirouze, professeur de sport au sein de la ville  qui au cœur des années 60 a initié tous les petits de Cassagne et Mazères à la pratique sportive et plus précisément le rugby. Cet ancien international junior a donné ses véritables lettres de noblesse aux équipes de jeunes  mazériennes qui dans les 70, 80 et 90 étaient particulièrement respectées sur les pelouses de Midi-Pyrénées.

«  Nous sommes toujours dans le même état d’esprit mis en place par André Mirouze. Nous avons deux intervenants sous contrat qui font un gros travail dans le milieu scolaire et  à ce jour, nous avons 135 jeunes à l’école de rugby. Chez les cadets et juniors, nous sommes en entente avec Cazères et le Fousseret sous l’appellation des Portes-du-Comminges. Cette année a été particulièrement riche puisque nous avons remporté le titre Grand-Sud en Teulière B et perdu la finale natioanle  Phliponeau face à la formation des Quatre Cantons. Cette saison 2016 a été vraiment exceptionnelle », confie Daniel Ribère coprésident et responsable de la cellule jeunes.

2016 restera à jamais  mémorable. Dimanche, au cœur de la Chalosse, le MCS peut la rendre historique en cas de succès face à Biscarosse. Certes, le club n’a jamais connu l’ivresse d’une consécration nationale. En revanche, le bouillant talonneur et capitaine, Sébastien Abadie a été sacré en 2011 en Honneur avec Montesquieu-Volvestre face à Capbreton (18-11). Cinq ans après, le capitaine Sébastien retrouve une équipe landaise sur son chemin. C’est peut-être un signe du destin ?

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?