Tucuman, les Bleus et le fanta...Que rico !

  • Tucuman, les Bleus et le fanta...Que rico !
    Tucuman, les Bleus et le fanta...Que rico !
Publié le , mis à jour

Une carte postale tout droit venu de Tucuman, qui présente la richesse de cette ville. Que nos Bleus ont de la chance... 

Tucuman n’est pas Buenos Aires. Doux euphémisme. Tout comme Brive-la-Gaillarde n’est pas comparable à Paris. Ce sont deux « France » différentes, deux « Argentine » « muy differente ». Mais le pays des Pumas a ça de bien qu’il cultive partout à travers sa terre cette légende d’une viande à la douceur sublime, au fondant incomparable. « Bife de lomo », « Bife de chorizo » ou « medallon de filet », « Asado » ou « Parillada », elle se savoure sans artifice. Ni accompagnement, ni sauce. Sacrilège. De la sauce ? Et pourquoi pas du Fanta orange, comme aperçu à trois reprises sur les tables voisines. C'est ici une bizarrerie locale encore non élucidée. Mais à force de travail, à table midi et soir, le mystère ne fera pas long feu... Parce que, avouons-le tout de go, on y met du cœur à l’ouvrage. Et il en faut pour achever les 400 grammes de bidoche par assiette.

Les joueurs de l’équipe de France ne s’y sont pas trompés, eux qui ont découvert dimanche midi ce qui fait le charme de la gastronomie argentine. Lors de cette journée de repos, ils se sont retrouvés au Don Toribio, situé à Yerba Buena, à quelques encablures de San Miguel de Tucuman. Un petit coin de paradis aux portes de la Pampa. Là-bas, les Bleus se sont délectés d’un Asado pour certains, d’une parillada pour d’autres. Et à voir leurs sourires enjoués à leur retour à l’hôtel Hilton en milieu d’après-midi, eux aussi ont tenu leur rang. Ils ont ainsi fait le plein de protéines à l’intérêt évident pour leur corps de sportif de haut niveau. Pour sûr, Julien Deloire, le grand manitou de la préparation physique, les a toutefois briefés sur les risques d’une consommation à l’excès. La viande rouge est un acidifiant pouvant générer des crampes... A consommer, donc, avec modération pour ceux qui se trouvent à l’aube d’un double rendez-vous majeur contre les Pumas. Pour les autres, il y a toujours le mystère du Fanta orange à élucider. Que rico ! C’est tellement bon...

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?