Ces rugbymen qui sont entrés en politique

  • Ces rugbymen qui sont entrés en politique
    Ces rugbymen qui sont entrés en politique
Publié le , mis à jour

Après avoir rangé les crampons, ils ont revêtu le costume-cravate pour briguer les suffrages des électeurs.

Jacques Chaban-Delmas

Sa carrière politique fut monumentale. Il fut premier ministre de Georges Pompidou entre 1969 et 1972, président à plusieurs reprise de l’Assemblée Nationale, député de la Gironde et maire de Bordeaux de 1947 à 1995, soit 48 ans de mandat ininterrompu. Mais Jacques Chaban-Delmas fut aussi international de rugby, à une reprise en 1945 contre l’armée britannique. Il avait alors trente ans et le XV de France renaissait après la seconde guerre mondiale. Chaban sortait de la résistance avec le grade de général mais il était un authentique joueur de rugby. Il avait joué trois quart aile au CASG puis à Bègles quand il s’implanta en Gironde pour sa carrière politique. Il fit ainsi la connaissance des frères Moga qui furent toujours ses fidèles soutiens et le milieu des rugbymen béglais lui fournit aussi pas mal de colleurs d’affiche et même de gardes du corps pour des meetings très chauds.

Didier Codorniou

De notre liste, il fut le joueur le plus doué. Il fut même une star des années 80, un trois quart centre de petit format mais particulièrement doué ballon en main : un as du jeu de ligne. Didier Codorniou fut l’un des acteurs de la victoire du XV de France à Auckland des années 80. Il fut aussi champion de France avec Narbonne en 1979 et avec Toulouse en 1989. Après sa carrière, il devint maire de Gruissan, la ville de son enfance en 2001 sous les couleurs du Parti Socialiste. Il devint ensuite Conseiller Régional et même Vice-Président de la Région Languedoc-Roussillon. Il fut exclu du Parti Socialiste en 2010 pour avoir soutenu le turbulent Georges Frêche. Il passa enuite chez les Radicaux de Gauche en 2014.

Michel Tonon

Les lecteurs du Midi Olympique des années 80 se souviennent peut-être d’articles sur des matchs de championnat très chauds. Michel Tonon était un deuxième ligne de tempérament, un très bon joueur de club qui n’aurait pas forcément été ridicule s’il avait dû enfiler le maillot du XV de France. Il fut d’ailleurs sélectionné en équipe de France B après l’avoir été chez les juniors. En 2002, il devint maire de Salon de Provence (Bouches du Rhône) et le resta douze ans.

Jean Carrère

Son nom ne dit peut-être plus grand chose aux plus jeunes et pourtant, Jean Carrère fut un excellent troisième ligne. Neuf fois international entre 1956 et 1960, il participa à la fameuse tournée des Bleus en Afrique du Sud en 1958 sous les ordres de Lucien Mias. Il porta les couleurs de Toulon, Perpignan et Narbonne. Il fut ensuite entraîneur de Narbonne finaliste du championnat de France en 1974. Puis il devint maire de sa ville natale, Argelès sur Mer (Pyrénées-Orientales) de 1983 à 2001. Il fut aussi Conseiller Régional de Languedoc-Roussillon.

Michel Maique

Il a toujours joué à treize et fut une figure de l’équipe de France des années 70.Il fut le dernier capitaine à triompher des épouvantails australiens. Instituteur de formation, Il devint ensuite maire de Lézignan, l’un des fiefs du treize français. Il l’est toujours.

Il y eut bien sûr d’autres cas d’anciens joueurs élus municipaux comme l’ancien deuxième ligne Christian Paul, maire de Bordères sur l’Echez (Hautes Pyérénées) ou Jean Fabre, ancien capitaine du XV de France et légendaire président du Stade Toulousain avant d’être maire de Coussergues (Aveyron). Parlons aussi de Guy Accoceberry, ancien demi de mêlée du XV de France, numéro 3 d’une liste conduite par Alain Juppé à Bordeaux. Jean-Pierre Garuet ou Fabien Pelous furent aussi candidats sur des listes muncipales. Chrisitian Califano fut même conseiller régional de la région Midi-Pyrénées.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?