Danty - Hernandez : centres divergents

  • Danty - Hernandez : centres divergents
    Danty - Hernandez : centres divergents
Publié le , mis à jour

Tout deux floqués du numéro douze ce dimanche, Juan Martin Hernandez et Jonathan Danty ont très peu de points communs. Il faut donc s’attendre à une opposition de style entre ces deux joueurs qui seront face à face sur le terrain.

Le Stade français est à peu près la seule chose qui rassemble Jonathan Danty et Juan Martin Hernandez. Tout deux ont été champions avec le club de la capitale. Le premier est Parisien depuis cinq ans et a fait partie de l’épopée de la saison 2014-2015. Le second, lui, a porté ce fameux maillot rose de 2003 à 2009. Remportant au passage deux boucliers de Brennus. Mais la comparaison s’arrête là. Titularisés au centre lors de cette première opposition entre l’Argentine et la France, ces deux joueurs n’évoluent pas du tout dans le même registre.

10 ans et 56 sélections d’écart

Avant même leur entrée sur le terrain, une différence majeure saute aux yeux : l’expérience au niveau international. Il faut dire que face au novice Danty, Hernandez fait office de vétéran. Premièrement, de part leur âge. L’un a 33 ans alors que l’autre pointe seulement à 23 printemps. Mais aussi et surtout quand on compare le nombre de temps passé sur le terrain avec le maillot de l’équipe nationale sur le dos. Lancé lors du tournoi des Six Nations en 2016, le Parisien n’affiche que trois sélections au compteur. Face à lui, Juan Martin Hernandez porte la tunique ciel et blanche depuis plus de treize ans (2003).

S’il enregistre 59 sélections (dont 57 en tant que titulaire), le Puma a surtout trois participations à la Coupe du monde dans sa besace (en 2003, 2007 et 2015). Le futur tend donc les bras à Jonathan Danty, mais Juan Martin Hernandez pourra jouer sur son expérience dans ce duel.

Deuxième ouvreur contre premier centre

Sur la feuille de match, les deux joueurs sont placés au même endroit sur le terrain avec le même numéro. Pourtant, il y a fort à parier qu’ils seront utiliser dans des registres totalement différents. Polyvalent au possible, « El Mago » peut être considéré comme un deuxième ouvreur dans cette équipe des Pumas.

A l’image d’un Matt Giteau avec l’Australie, Juan Martin Hernandez est capable de soulager son numéro 10 dans plusieurs secteurs. D’abord dans le jeu au pied qui est, depuis plus d’une décennie, la grande force de Hernandez, mais aussi dans l’organisation et l’animation du jeu. Avec Nicolas Sanchez à l’ouverture et Hernandez au centre, les Argentins ont une véritable double menace.

En face, Jonathan Danty ne devrait (normalement) pas prendre l’initiative de jouer au pied. En revanche, il aura lui un rôle plus classique de premier centre. Très puissant, il constitue un point de fixation pour son attaque. Quasiment aussi grand que son adversaire direct de la rencontre (1 m 81 contre 1 m 85 pour Hernandez), il pèse plus de 20 kilos de plus (107 kg contre 85 kg).

Des qualités physiques indéniables qui en fait un premier attaquant dangereux. Surtout, que le Parisien est aussi capable de faire jouer autour de lui. Dans leur registre respectifs, chaque joueurs pourraient être décisifs ce dimanche. Reste à savoir qui de la puissante jeunesse ou de l’expérience efficace prendra la dessus au milieu du terrain.

Par Lucas Vola.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?