La LNR acte la révolution

  • La LNR acte la révolution
    La LNR acte la révolution
Publié le , mis à jour

Une seule descente en Pro D2, 110 millions de droits TV, retraits de points... La Ligue nationale de rugby s'est lancée dans de grands changements. 

Vendredi, à l’issue d’un comité directeur animé, plusieurs grosses décisions qui vont bouleverser le quotidien des clubs ont été adoptées. L’occasion de faire le point avec le président Paul Goze, qui devrait bientôt rentrer lui aussi en campagne électorale.

Une seule descente de garantie en Top 14 dès 2017-2018

Nous vous avions révélé le projet, porté par plusieurs présidents de clubs de Pro D2 dans notre édition du 18 avril, le comité directeur de la LNR l’a adopté ce vendredi : si l’assemblée générale de la LNR l’entérine, à partir de la saison 2017-2018, il n’y aura plus qu’une descente de garantie entre le Top 14 et le Pro D2 et donc une seule montée. L’avant dernier du Top 14 disputera un barrage normalement contre le finaliste malheureux du Pro D2. La grande majorité des clubs de Pro D2, souhaitent aussi que le champion et donc le promu ne soit plus le premier de la phase régulière mais le vainqueur des phases finales. Au cours du comité directeur, le président d’Agen, Alain Tingaud a essayé de faire entendre une autre voix. Lui veut que le promu soit toujours déterminé à l’issue de la saison. Reste qu’il paraît pour l’heure bien seul à défendre cette solution alors que celle copiant la phase finale du Top 14 remporte le plus de suffrage.

L’avis de Paul Goze « Cette année, les clubs pros se sont beaucoup réunis, et ont travaillé en séminaire sur le plan stratégique. Le problème de la passerelle entre le Top 14 et le Pro D2 s’est posé. Un projet va être soumis lors de l’AG pour la saison 2017-2018. Il prévoit qu’une seule relégation de garantie et la mise en place d’un barrage entre le treizième de Top 14 et une formation de Pro D2 déterminée à l’issue d’une phase finale. Les clubs doivent décider quelle en sera la forme. Trois formules sont à l’étude. Il semble qu’une large majorité soit favorable à ce changement. Il fallait modifier la formule, car on s’est rendu compte qu’il y avait une confusion entre le champion et le vainqueur de la phase finale.»

 

Retraits de points pour les clubs qui ne respectent pas les quotas de Jiff

Le comité directeur de la LNR, a choisi de durcir fortement le dispositif Jiff La volonté des membres de l’instance de la Ligue, c’est d’instaurer une règle favorisant véritablement l’utilisation des joueurs français. Ils souhaitent en finir avec les magouilles et les calculs d’apothicaires de certains clubs qui engagent des étrangers de moins de 23 ans, sous contrat espoirs, pour en faire des titulaires n’entrant pas dans les quotas. Le MHR et son recrutement de jeunes sud-africains entres autres est clairement visé mais aussi Clermont avec de nombreux joueurs fidjiens. À partir de 2017-2018, si les clubs ne respectent pas la moyenne de 14 joueurs sur 23 inscrits dits Jiff, il lui sera enlevé des points au classement selon un barème à déterminer dans les prochaines semaines.

L’avis de Paul Goze « Il y a deux stades. Pour la saison prochaine, les clubs ont l’obligation contre indemnités financières d’inscrire 14 joueurs dits Jiffs, contre 12 actuellement, sur les feuilles de match (moyenne sur la saison). Mais dès la saison d’après, si cela est adopté au mois de septembre prochain, il y aura des sanctions en points si les clubs ne respectent pas la règle. En plus de ce durcissement, tous les joueurs considérés des centres de formation n’ayant pas encore obtenu le statut de Jiff seront considérés comme non Jiff sur la feuille de match, alors qu’à présent ils entrent dans le calcul de joueurs Jiff en championnat.»

 

La LNR va favoriser le XV de France

Vendredi, la LNR et la FFR ont annoncé la signature d’une nouvelle convention sur la mise à disposition des internationaux pour le XV de France. L’accord prévoit une plus grande disponibilité avec l’instauration de deux groupes de 30 joueurs, l’un « Elite » et l’autre « Developpement » dont le sélectionneur aura un vrai droit de regard sur leur utilisation par les clubs qui resteront leur unique employeur. Par ailleurs pour la période internationale de novembre, les joueurs sélectionnés seront mis à disposition du XV de France 15jours avant le premier test-match. Pour le Tournoi des 6 Nations, le XV de France disposera des joueurs de la Liste Elite pendant 8 semaines consécutives. Il s’agit d’un vrai pas des clubs vers la fédération.

L’avis de Paul Goze « À la suite de la Coupe du monde, une cellule technique a été mis en place et a travaillé. À la suite de cela, la fédération et la Ligue se sont réunies pour établir un nouvel accord sur une durée de quatre ans, jusqu’à la prochaine Coupe du monde. 90 % des propositions de la cellule technique ont été entérinées ce qui donne une disponibilité des internationaux pour le XV de France beaucoup plus importante. C’était nécessaire pour nous remettre au niveau des autres nations. Les Bleus sont la vitrine de notre sport. Dans tous les autres sports collectifs, la sélection nationale est performante. Il n’est pas question que le rugby soit à la traine et en déficit d’image. Le Mondial a servi d’électrochoc. Le sélectionneur en place ne pourra plus dire que c’est la faute du Top 14. Je le dis à moitié en plaisantant. La LNR fait des efforts pour que le XV de France retrouve son niveau. »

 

Quid du match du jeudi de ProD2, diffusé sur Canal + Sport

Le championnat de Pro D2 permet à la LNR d’empocher 5 millions d’euros de droits TV supplémentaires depuis cette saison. Le groupe Canal + a choisi de retransmettre chaque jeudi soir une rencontre. Des affiches qui ne rencontrent pas un grand succès populaire à la billetterie et qui suscitent une véritable vague de contestation de la part des clubs comme Béziers, Montauban ou Perpignan qui s’en sont plaints officiellement. Malheureusement pour eux, il n’y aura pas de modifications sur les engagements contractuels pris avec les différents diffuseurs.

L’avis de Paul Goze « J’ai pris note du problème de la programmation des matchs du jeudi qui a touché certains clubs qui ont été diffusés jusqu’à quatre fois. On peut discuter vec Canal + pour que les derbys soient moins touchés par les matchs du jeudi. En revanche, il y aura un match diffusé chaque jeudi. Les accords sont signés pour cinq ans, avec une possibilité de rediscussions à la fin de la deuxième année. On verra donc à la prochaine intersaison. Si certains clubs ont effectivement souffert en termes de billetterie, le bilan des nouveaux horaires est très satisfaisant en termes d’exposition, télévisuelle et médiatique, du Pro D2. »

 

Paul Goze va-t-il se représenter ?

La date de l’élection du prochain président de la LNR et de son comité directeur n’est pas encore actée, mais elle aura lieu en suivant de celle du président de la FFR. Contrairement aux deux précédents scrutins, aucun candidat ne s’est déclaré, tant et si bien qu’une réélection de Paul Goze avec un bilan présentant de vraies avancées semble plus qu’inéluctable.

L’avis de Paul Goze « Je me déciderai durant l’été 2016. Je me pose bien sûr la question. Le développement du rugby professionnel m’intéresse comme la mise en place de notre plan stratégique. La tâche continue donc à m’intéresser mais je dois prendre en compte tous les paramètres. Ce n’est pas encore le moment d’évoquer cette décision car il y a des considérations personnelles que je dois prendre en compte.»

 

Quelle position pour les élections fédérales de décembre ?

Camou ou Laporte ? Paul Goze va-t-il se déterminer sachant qu’il y a quatre ans, il a été élu avec les voix des représentants de la FFR, à qui Pierre Camou avait donné comme consigne de voter pour le Catalan. De plus, les deux hommes travaillent en bonne intelligence et Paul Goze ne semble pas avoir spécialement d’atome crochu pour Bernard Laporte, l’adversaire annoncé de l’actuel président de la FFR. Prudent pour le moment, il ne se positionne pas pour le moment mais prévient.

L’avis de Paul Goze « On étudiera les différents programmes et si un candidat se montrait hostile vis-à-vis de l’avenir de la LNR, je serai amené à prendre position. Mais pour le moment, je suis dans une période d’observation dans laquelle je vais rester encore quelque temps. »

 

Des droits TV valorisés à 110 millions d’euros

Le 12 mai dernier, La Ligue nationale de rugby a attribué les droits télévisuels du Top 14 de 2019 à 2023 en exclusivité à Canal + pour 97 millions d’euros en moyenne par saison, une somme record. Seulement, certains présidents de club ont regretté que le président Paul Goze n’est pas été plus patient et attendu douze mois de plus avec notamment l’installation du nouveau bouquet SFR sport, pour faire jouer la concurrence et atteindre les 150 millions d’euros.

L’avis de Paul Goze « Lorsque vous prenez le chemin de droite, on peut vous rétorquer que celui de gauche était mieux. La LNR est en train de mettre en place un plan stratégique jusqu’en 2023. Il demandait des moyens financiers et avoir une perspective sur cette période-là, en terme financier et en termes d’exposition, est cohérent. Les droits TV sont notre principale ressource, il était donc très important de les sécuriser. On peut toujours dire que l’on aurait pu avoir plus, ce que je remarque c’est qu’en quatre ans on est passé de 32 à 97 millions. Et si l’on rajoute la finale diffusée en clair, les droits internationaux et le Pro D2, on sera au-delà des 110 millions d’euros.»

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?