Antoine Dupont : « C'est une question d'honneur »

  • Antoine Dupont : « C'est une question d'honneur »
    Antoine Dupont : « C'est une question d'honneur »
Publié le

Le demi de mêlée de l'équipe de France des moins de 20 ans, Antoine Dupont, repositionné à l'ouverture pour l'occasion revient sur la victoire des Bleuets face au Japon, synonyme de maintien dans le groupe A.

Etes-vous soulagé après cette victoire face au Japon qui assure la présence de la France dans le groupe A ?

 

Effectivement nous sommes soulagés car nous nous sommes vraiment fait peur sur ce match. Nous avons ressenti un certain stress notamment en deuxième mi-temps car nous devions à tout prix nous sauver. Je ne sais pas si l'enjeu nous a perturbé mais nous avons fait beaucoup de fautes bêtes quand nous étions proches de leur ligne d'en-but, avec notamment des en-avants ou une pénalité rapidement jouée alors qu'il fallait aller en touche. Cela ne nous a pas permis de prendre confiance d'autant plus que cette équipe du Japon a bousculé toutes les équipes qu'elle a affronté. Elle menait même à la mi-temps fac à l'Afrique du Sud.

 

Vous allez maintenant affronter la Géorgie pour le dernier match de la compétition avec comme seul enjeu la neuvième place. N'est-ce pas un match difficile à préparer sur le plan mental ?

 

Nous voulons finir sur une bonne note. Ce match, c'est pour nous car ça sera notre dernier ensemble. Nous sommes passés à côté de notre Coupe du monde en manquant la qualification pour les demi-finales et en étant plus mauvais troisième, donc décrocher cette neuvième place est une question d'honneur.

 

Etes-vous toujours frustrés du déroulement de cette compétition ?

 

Notre défaite face à l'Argentine est très frustrante et nous l'avons encore en travers de la gorge. Nous étions bien entrés dans la rencontre et nous sentions que nous avions les capacités pour l'emporter. Mais nous n'avons pas assez maîtrisé la deuxième période et nous perdons finalement sans prendre de point. C'est rageant. Après face à l'Afrique du Sud, nous avons quand même réalisé une belle partie même s'il n'y a pas photo à la fin.

 

Effectivement après une bonne entame de match face aux Sud-Africains, l'équipe de France a souffert en fin de rencontre, comment l'expliquez-vous ?

 

C'est difficile de répondre car je ne connais pas le niveau de la compétition dans laquelle les Sud-Africains évoluent. Je ne connais pas non plus leur préparation mais le constat est là. Ils finissent cette rencontre bien plus fort que nous. A la fin, nous explosons tactiquement, techniquement et aussi physiquement.

 

Vous avez évolué au poste d'ouvreur contre le Japon, comment avez-vous appréhendé ce changement de poste ?

 

C'est un poste où j'ai évolué plus jeune. J'y ai aussi joué avec Castres contre Oyonnax en Top 14 et j'ai aussi joué ouvreur lors du match de préparation face à l'Ecosse avant le début de cette compétition. Quand Romuald a été suspendu, je me suis douté que je pouvais prendre ce poste d'ouvreur donc je n'ai pas été surpris. Mais au début, ça fait toujours bizarre de ne pas courir pour aller sur les rucks. Il m'a fallu quelques minutes pour m'adapter.

 

 

 

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?