[BILAN TOP 14] Toulouse est en pleine mutation

  • [BILAN TOP 14] Toulouse est en pleine mutation
    [BILAN TOP 14] Toulouse est en pleine mutation
Publié le , mis à jour

[Bilan 9/14] Toulouse (5e – 79 pts, éliminé par le Racing 92 en barrages). Privé de titres depuis 2012, le Stade toulousain voulait se servir de cette saison pour revenir au sommet. Défait en barrages, l'objectif est à moitié rempli. Le changement est pourtant amorcé.

Bilan de la saison :

Après un bon début de saison qui voit notamment les Toulousains virer en tête après 11 journées, le Stade va très mal gérer les doublons lors du Tournoi des Six Nations. Résultat, au sortir de la période internationale, Toulouse se retrouve sixième et doit batailler pour une place en phase finale. Une bonne fin de saison leur permet d'accrocher la cinquième place mais une première période ratée face au Racing en barrage met un terme prématurément à leur saison. Une saison à très vite oublier au niveau de la Coupe d'Europe. Les hommes d'Ugo Mola ont réalisé un parcours catastrophique – le pire de l'histoire du club – étant éliminés piteusement au premier tour (une victoire en six matchs).

C'est donc un exercice mitigé pour le Stade qui a montré de très belles choses au niveau du jeu (plus grande possession du Top 14, meilleure défense, deuxième attaque) mais qui n'a pas concrétisé au niveau des résultats. Un manque de régularité en est la première cause.

 

Joueur de la saison : Gaël Fickou

Au-delà de son nombre d'essais inscrits en Top 14 (neuf), Gaël Fickou a pris une nouvelle dimension cette saison. Au niveau du jeu, il a été le meilleur toulousain en 2015-2016, accélérant les mouvements, étant précis dans ses transmissions et pouvant renverser des situations à lui tout seul. La preuve en barrage où il a bien failli jouer un vilain tour aux Racingmen et qualifier le Stade à lui seul.

 

Tournant de la saison :

Après une défaite à La Rochelle pour le compte de la 15e journée du Top 14, le Stade toulousain doit rebondir en recevant Montpellier lors de la journée suivante. Mais rien ne se passe comme prévu et les coéquipiers de Vincent Clerc sont défaits (29-31). Surtout, Jean-Marc Doussain manque la transformation du match nul dans la temps additionnel qui aurait récompensé la bonne prestation des toulousains. Le pire c'est que la semaine suivante, Sébastien Bézy a l'occasion de donner la victoire à Toulouse à Brive en transformant un essai de McAllister. Mais il se fait contrer et les toulousains oublient deux points en route (21-21). Résultat, en deux journées, trois points de perdus qui valent cher dans le décompte final. Avec ces unités, Toulouse aurait joué son barrage à Ernest-Wallon...

 

Révélation de la saison : la première ligne des Espoirs

Ils s'appellent Dorian Aldegheri, Cyril Baille et Julien Marchand. Ils ont 22 ans et même 21 pour Marchand. Ils formaient la première ligne de l'équipe du Stade toulousain Espoirs et se sont révélés cette saison avec les grands. Après 25 matchs pour Aldegheri, 16 pour Baille et 14 pour Marchand, leur potentiel est indéniable. Ils incarnent le futur sans doute radieux du club le plus titré du rugby français.

 

Projet d'avenir :

Après une première saison de transition, une seconde se prépare au Stade toulousain. Avec les départs de Clerc, Harinordoquy, Picamoles ou encore Poitrenaud, une ère se termine. Celle-ci sera définitivement finie à la fin de la saison prochaine avec les fins de contrat des Dusautoir, McAllister, Albacete et Johnston, même si on ne sait pas encore de quoi sera fait leur avenir. Les toulousains vont donc faire marcher la formation à plein régime renforcée par l'arrivée de joueurs expérimentés comme Richie Gray, Sofiane Guitoune ou Leonardo Ghiraldini. L'objectif sera d'atteindre encore une fois les phases finales mais surtout de faire beaucoup mieux en Coupe d'Europe.

 

Par Kevin Saccani (avec Jérémy Fadat)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?