Le Racing, superbe champion !

  • Le Racing, superbe champion !
    Le Racing, superbe champion !
Publié le / Mis à jour le

Réduits à quatorze après dix-huit minutes de jeu, les Racingmen ont fait preuve d'un incroyable pour terminer la rencontre en boule de canon. Vingt-six ans après leur dernier titre, les Franciliens remettent le couvert.

 

 Réduits à quatorze après dix-huit minutes de jeu, les Racingmen ont fait preuve d'un incroyable pour terminer la rencontre en boule de canon. Vingt-six ans après leur dernier titre, les Franciliens remettent le couvert.

Chapeau ! On ne se rend pas bien compte, de l'extérieur. Et l'on ne peut comprendre, avant d'y être confortablement installé, à quel point ce stade est gigantesque, vertigineux, irréel. La dernière fois que des rugbymen français avaient joué devant autant de monde, c'était le 19 mai 1957, lors d'un France / Roumanie ayant alors rassemblé 95 000 personnes à Bucarest. In fine, on ne peut que remercier Paul Goze et les caciques de la Ligue d'avoir eu l'audace de déplacer le point culminant de leur saison au Camp Nou de Barcelone devant 99 124 spectateurs payants. Passé l'hommage à cet inhabituel decorum, on soulignera l'incroyable dimension dramatique de la pièce. Après un début de match tendu, âpre et équilibré, Maxime Machenaud commettait l'irréparable. Au moment où Matt Giteau attaquait les vingt-deux mètres adverses, le numéro 9 du Racing soulevait de terre l'Australien, lequel retombait lourdement sur la tête (18e minute). Après avoir fait appel à la vidéo, M. Raynal n'hésitait pas une seule seconde et appliquait le règlement. De la même façon que le flanker gallois Sam Warburton avait donc été expulsé de la demi-finale du Mondial 2011 pour un geste similaire sur Vincent Clerc, Maxime Machenaud écopait logiquement d'un carton rouge. Le dos au mur, les Franciliens relevaient pourtant la tête, plaçant Juan Imhoff en numéro 9, un poste qu'il avait occupé dans sa jeunesse, à Rosario. Malgré un essai aplati par Mamuka Gorgodze (29e minute), les Racingmen se démultipliaient et restaient au contact de leurs adversaires, via la botte de Dan Carter et le coup de pompe de Johan Goosen (14-12 à la pause).

Rokocoko régale

Comme transcendés par le coup du sort dont ils avaient été victimes, les Racingmen passaient la vitesse supérieure. Où trouvaient-ils donc de telles ressources ? Comment ces joueurs, qui enchaînaient à Barcelone leur dix-neuvième rencontre consécutive, pouvaient-ils dominer les triple champions d'Europe pourtant en supériorité numérique ? Mis sur orbite par de nouveaux missiles de Goosen et Carter, les coéquipiers de Dimitri Szarzewski marquaient même un superbe essai à la suite d'un exploit de Joe Rokocoko, lequel récupérait sur la ligne de touche son propre coup de pied à suivre. Timides, méconnaissables, impuissants et indsiciplinés, les Toulonnais déjouaient et reculaient sous les assauts de la défense francilienne. Au prix d'un final marqué par un intense suspens, les Racingmen remportaient leur premier Bouclier de Brennus depuis 1990. Vingt-six ans qu'ils attendaient ça !

 

Toulon – Racing 92 : 21-29 (MT : 14-12)

 

A Barcelone, samedi 20h45

 

99 124 spectateurs

 

Arbitre : M. Raynal (Pays catalan)

 

Evolution du score : 3-0, 3-3, 6-3, 9-3, 9-6, 14-6, 14-9, 14-12 (mi-temps) ; 14-15, 14-18, 14-21, 14-26, 21-26, 21-29 (score final)

 

TOULON > 15. Halfpenny (20. Belan 74e) ; 14. Tuisova (21. D. Armitage 64e), 13. Bastareaud, 12. Mermoz, 11. Habana ; 10. Giteau (22. Michalak 64e), 9. Pélissié ; 7. Fernandez Lobbe, 8. S. Armitage (17. Fresia 54e-60e), 6. Gorgodze (19. Bruni 65e) ; 5. Mikautadze (18. Taofifenua 56e), 4. Manoa ; 3. Chilachava (23. Saulo 64e), 2. Guirado (cap.) (16. Orioli 56e), 1. Chiocci (17. Fresia 74e).

 

RACING > 15. Dulin ; 14. Rokocoko, 13. Goosen, 12. Chavancy, 11. Imhoff ; 10. Carter, 9. Machenaud ; 7. Nyanga, 8. Masoe (19. Claassen 74e), 6. Lauret ; 5. Carizza (18. Kruger 70e), 4. Le Roux ; 3. Tameifuna (23. Ducalcon 64e), 2. Szarzewski (cap.) (16. Chat 61e), 1. Ben Arous (17. Vartanov 72e) (3. Tameifuna 77e).

 

TOULON > 2E Gorgodze (20e) Mermoz (71e) ; 1T (71e) 3P (2e, 19e, 23e, ) Halfpenny

Carton jaune : Chiocci (50e)

 

RACING > 1E Rokocoko (60e) ; 8P Carter (7e, 25e, 40e, 58e, 80e) Goosen (33e, 48e, 51e )

Carton rouge : Machenaud (18e)

Non entrés en jeu : 20. Chauveau, 21. Andreu, 22. Vulivuli,

 

Les buteurs :

Halfpenny : 3P/3, 1T/2 ; Carter : 5P/5, 0T/1, 0DG/1 ; Goosen : 3P/4

 

Les étoiles :

*** Goosen, Imhoff, Rokocoko

** Tameifuna, Ben Arous ; Fernandez Lobbe,

* Leroux, Nyanga, Carter ; Gorgodze, Mermoz

 

 

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir