Sourire aux lèvres

  • Sourire aux lèvres
    Sourire aux lèvres
Publié le , mis à jour

Fédérale 3 - Objectif atteint. Après un an passé en honneur, le club gardois retrouve l’étage du dessus, et vise un maintien confortable.

Il n’a pas perdu de temps et a su aussitôt rebondir. Une saison après sa descente en Honneur, le club de l’est du Gard a collé à ses objectifs et retrouve la Fédérale 3. Pour y jouer sa huitième saison en neuf ans. Avec la bagatelle de seize succès en dix-huit matchs, les Vert et Blanc n’ont d’ailleurs jamais connu le moindre doute. Jusqu’à ramasser un titre de champion de Provence et se hisser un peu plus du col en s’ouvrant les portes d’un quart de finale du championnat de France. Le troisième dans l’histoire du club. Sacrée saison. « C’est un grand millésime », sourit le président Alain Sanciaume. « On avait fait le recrutement pour cela, on est allé au bout de ce que l’on pouvait réaliser, savoure avec son accent du sud-ouest le technicien Philippe Bordessoulles, il ne nous a manqué que ce petit supplément d’âme pour jouer une demi-finale. »

La formation pour credo

Aujourd’hui, la feuille de route est toute tracée. À presque 50 ans, le temps est à s’ancrer durablement dans cette Fédérale 3. « Le club a besoin d’une vitrine et puis, c’est notre vraie place, assure Alain Sanciaume, pour cela, si l’on excepte Kévin Llop et Clément Bouju, on a conservé tout notre effectif pour préserver une unité et l’on renforce notre pack et nos lignes arrière. »

Sur les tablettes de Bruno Belguiral et de Philippe Bordessoulles quelques noms, « des jeunes qui viennent se greffer tranquillement à notre projet de jeu de par leurs profils et leurs qualités sportives et humaines ». Cela n’interdit pas de continuer à mettre l’accent sur « la formation », indispensable carburant quand on veut se dessiner un futur. Sur les bords du Rhône, « c’est même vital et c’est une véritable culture de club », reprend le patron du club, « une marque de fabrique, notre ADN ».

Sans son vivier de jeunesse, le club gardois serait peut-être tombé depuis longtemps dans l’anonymat. « On est l’une des plus importantes écoles de rugby de ce département. Au quotidien, c’est tout un travail des éducateurs récompensé, en seize ans, par plus de treize boucliers de Provence, observe Alain Sanciaume. En juniors Balandrade et Phliponeau, on a encore été, cette saison, finalistes du championnat de Provence et les Balandrade ont joué un quart de finale du championnat de France. » Prometteur.

Date de création : 1968

Nombre de licenciés : 502

Plus haut niveau atteint : Fédérale 3 (2008-2015)

Palmarès : champion de Provence Honneur (2000, 2008 et 2016).

Budget : 320 000 €.

En 2015-2016 : Honneur Provence, 1re poule. Éliminé en quart de finale du championnat de France par Beaumont-de-Lomagne.

Par Olivier GAGNEBIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?