« Wilkinson, mon mentor ! »

  • « Wilkinson, mon mentor ! »
    « Wilkinson, mon mentor ! »
Publié le , mis à jour

Auteur de 66 points en trois tests-matchs victorieux face à l’Australie, Owen Farrell a joué un rôle essentiel. Le joueur des Saracens revient sur sa rencontre et les progrès de ce groupe depuis la prise de fonctions d’Eddie Jones.

Le joueur des Saracens aura marqué bien sûr la formidable série de test des Anglais. Owen Farrell a encore inscrit 24 points samedi à Sydney après les 24 de Brisbane et les 18 de Melbourne. Aligné à l’ouverture pour commencer, Eddie Jones l’a ensuite déplacé au centre pour l’associer à George Ford. Après le triplé Coupe d’Europe-championnat-grand chelem, il a ajouté une quatrième étoile à son parcours 2015-2016.

Quelles sont vos impressions après cette nouvelle victoire sur l’Australie ?

Le match a été fantastique. À la pause, nous sommes rentrés aux vestiaires en nous disant que nous aurions pu beaucoup mieux faire. En deuxième mi-temps, nous avons réparé quelques problèmes et notre jeu s’est amélioré.

Vous n’avez manqué que trois coups de pied dans cette série de tests, une performance remarquable. À quoi attribuez-vous une telle réussite ?

C’est mon boulot. Lors du premier test, je n’avais pas un bon tempo et je sentais que je ne tapais pas aussi bien que je voulais le faire. Je me suis donc remis au travail dans la semaine qui a suivi et tout s’est mis en place. Mais tout n’est pas encore parfait et il me faut continuer à travailler.

Quel rôle joue Johnny Wilkinson dans votre progression ?

Un rôle massif ! Il m’a fait comprendre ce qu’il me fallait faire pour devenir le meilleur. Son savoir est immense et, pour moi, il reste le meilleur au monde. C’est un excellent professeur car il sait tout mais il sait aussi communiquer et transmettre son savoir. Il a toujours dix façons différentes de vous apprendre le même truc et il a une attention phénoménale pour les petits détails qui font la différence. C’est un mentor pour George Ford et moi.

Où en est le jeu de cette équipe anglaise ?

Nos matches ont été très contrastés lors de cette série avec des moments forts et d’autres où nous sommes passés un peu à côté. Il va donc falloir nous remettre en question pour améliorer ces points. Par moments, nous avons réussi s à jouer le jeu que nous ambitionnons mais seulement par intervalles. Il nous faut gagner encore en constance. Quand nous rentrerons en Angleterre, il sera temps de revoir ces matchs et d’analyser où nous devrons faire porter nos efforts. Mais nous repartons d’ici sur un résultat fantastique qu’aucune anglaise avant nous n’avait accompli. Nous voulons être numéros un et nous y croyons mais, pour cela il faut continuer à travailler. Nous sommes dans la bonne direction mais il y a encore pas mal de progrès à accomplir avant d’en arriver là. Le groupe vit bien ensemble et c’est super d’en être mais il ne faut jamais se relâcher si on veut rester dans ce groupe.

Etait-ce votre intention de relever le défi du jeu de mouvement des Wallabies ?

Notre but aujourd’hui était de jouer le match le plus complet possible. Nous n’avons pas réussi à le faire lors de la première mi-temps. Notre seconde a été nettement plus accomplie mais nous savons qu’on peut encore mieux faire. Notre but n’est jamais d’entrer sur un terrain dans le but de fermer le jeu ou d’attaquer tous les ballons. Le but est de jouer ce qui se présente à vous et de gagner le match en vous adaptant aux circonstances et je crois que, sur cette série de tests, nous ne nous sommes pas trop mal débrouillés.

Quel est l’apport d’Eddie Jones ?

C’est difficile de mettre l’accent sur quelque chose de très précis car l’encadrement technique est totalement différent. Nous avons un groupe de joueurs assez similaire au précédent mais la manière d’entraîner est totalement différente. Ce groupe est en train de gagner une énorme confiance en lui et je crois que mentalement nous devenons plus forts. Nous sommes venus en Australie dans le but de gagner la série de tests et en sachant que nous pouvions le faire. Nous avons su le faire sur le terrain, ce qui est essentiel. Je crois que depuis l’arrivée d’Eddie, le groupe a beaucoup gagné en maturité. Les joueurs ont beaucoup appris des mauvais moments. Alors, je crois que nous commençons à prendre conscience de nos véritables forces et de ce que nous pouvons réaliser ensemble.

Qu’amène un homme comme Glenn Ella (entraîneur adjoint en charge de l’attaque lors de cette tournée) ?

Ce fut un joueur fantastique, qui connaît le jeu de ligne particulièrement bien. Il sait parler aux joueurs et identifier les défauts de chaque individu. Il essaye d’apporter son aide à tous et d’améliorer nos qualités techniques. C’est super d’avoir un mec comme ça avec nous.

Propos recueillis à Sydney par Jacques Broquet

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?