Rafa Staat, au plus près des étoiles

  • Rafa Staat, au plus près des étoiles
    Rafa Staat, au plus près des étoiles
Publié le , mis à jour

Le jeune joueur du Barça rugby s’investit notamment à plein temps pour faire reconnaître le rugby en catalogne.

Vendredi soir, il travaillait, pour le compte de la LNR, dans les coursives d’un Camp Nou qu’il connaît par cœur. « C’était une semaine folle, raconte le Français Rafael Staat (27 ans). Je m’occupe des réseaux sociaux de la section football du FC Barcelone et, quand j’ai su que la finale du Top 14 aurait lieu ici, j’ai contacté la Ligue pour leur proposer un coup de main. C’est très difficile d’appréhender les coulisses de ce stade immense et on peut y perdre du temps. Depuis janvier, j’ai aidé pour l’organisation, la logistique, les traductions et pour les réseaux sociaux durant le match. » Si l’intéressé s’est tant investi, c’est car il est d’abord un amoureux de rugby, qu’il pratique au… Barça ! Il a débarqué dans la section ovale du club omnisports le plus mythique du monde en 2008 pour une saison. Un retour express d’un an en France, à Bagneux (Fédérale 3), et Staat décide de s’installer en Catalogne. « Mon grand-père est né ici et, depuis petit, j’y venais en vacances. Je suis fan du club et, le jour où il m’a offert l’opportunité de porter le maillot, j’ai accepté de suite. Je suis Blaugrana (bleu et grenat en catalan, N.D.L.R.) à vie. »

« J’étais au ballon d’or reçu par messi »

Hormis un intermède d’un exercice à San Voy, quand le Barça fut relégué en deuxième division espagnole, il est devenu le fer de lance et buteur d’une équipe légendaire. Jusqu’à être un pensionnaire permanent de la sélection catalane. Laquelle disputait son premier match reconnu par World Rugby samedi, à Montjuic, face au Portugal… Sans lui. « Je suis revenu d’une rupture du ligament croisé il y a trois mois. Je n’ai pas pu reprendre à temps. » En raison de ses obligations professionnelles auprès des Messi, Neymar, Suarez et autres stars interplanétaires du FCB. « A mon arrivée, je me suis occupé des réseaux sociaux français. Aujourd’hui, je bosse en direct avec les joueurs. Quand l’un d’eux fait un événement important, je suis là. J’étais par exemple au Ballon d’or reçu par Messi. Je fais aussi les déplacements de l’équipe. » Mais son contrat lui interdit de révéler des anecdotes. « Désolé, c’est plutôt confidentiel. » Un emploi qui va l’obliger à arrêter le rugby cet été. « Je me suis blessé trois fois au genou et, avec mes activités, je ne peux plus m’entretenir assez sérieusement. Pour me consoler, je me dis quand même que je fais un boulot de rêve. » Et qu’il a allié ses deux passions l’espace d’un week-end à part.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?