Ils font appel à Stéphane Lastapis

  • Ils font appel à Stéphane Lastapis
    Ils font appel à Stéphane Lastapis
Publié le , mis à jour

Fédérale 3 - Ecarté de peu de la montée en fédérale 2, le club de l’Essonne a recruté l’entraîneur qui a fait les beaux jours de Vitry-sur-Seine et de Domont.

Les Rissois ont validé malgré eux la récurrence des petits exploits de la Fédérale 3, qui font le sel de la fin de saison quand vient l’heure de la montée en Fédérale 2. C’était pourtant leur année. Ils avaient remporté leur duel contre Plaisir dans leur poule et avaient acquis la première place aux dépens de leurs concurrents directs. Ils partageaient même, avec Auxerre, la place de premier au classement national. Le chemin était dégagé, tout devait leur sourire, et ils faisaient figure de grands favoris. Mais ils sont tombés en seizième de finale contre les morts de faim d’Épernay. L’adversaire ne leur a pas convenu. Lors du premier match, en Champagne, les Sparnaciens leur ont fait perdre leurs moyens (25-13). Lors du second, chez eux, alors qu’ils devaient faire leur retard, la pluie de la fin du mois de mai a englué leurs tentatives d’envolées et tous leurs espoirs. Voilà, c’est fini.

Depuis trois ans, Stéphane Fléveau dirigeait les destinées de cette équipe. Arrivé au terme de son mandat, il devait réussir à faire grimper le club d’un échelon et signer un nouveau bail. Cet échec a mis un terme à cette collaboration fructueuse qui a fait de Ris-Orangis l’un des clubs franciliens les plus efficaces de la division. « Nous sommes tombés d’accord, a expliqué le président Éric Husson. Le travail était très bon mais le discours était moins efficace. Nous avons convenu qu’il valait mieux repartir sur un nouveau cycle. » Et c’est pourquoi ils ont fait appel à Stéphane Lastapis.

Trois clubs, trois montées

La réputation du technicien domontois n’a pas beaucoup dépassé les frontières du comité d’Ile-de-France, sa discrétion et son tempérament ne l’y ont pas forcément aidé, mais Stéphane Lastapis est une figure membre du club des entraîneurs franciliens les plus en réussite. Sa première expérience à Gonesse en tant qu’entraîneur-joueur s’était soldée par une montée en Fédérale 3 et une qualification pour les phases finales. à Vitry-sur-Seine, en tant qu’entraîneur uniquement, il avait conquis une montée en Fédérale 2 puis une qualification en phase finale dans la division. à Domont, dans son club, il a fait un petit miracle. Arrivé en Fédérale 1, il avait pris de plein fouet le dépôt de bilan. Il a reconstruit l’équipe depuis la Fédérale 3 pour l’emmener en Fédérale 2 et, sans bénéficier de grands moyens, l’a maintenue pendant trois ans dans la division. « Stéphane nous est apparu comme une belle opportunité. Lui venait d’annoncer qu’il quittait Domont après sept ans de présence. Dès la défaite en phase finale contre Épernay et la décision de tourner une nouvelle page, nous nous sommes retournés vers lui », explique Éric Husson.

Stéphane Lastapis travaillera en binôme pour l’équipe première avec John Nellier. Ce pur produit du club, passé entraîneur très jeune, était déjà responsable des trois-quarts avec Stéphane Fléveau. Stéphane Laspatis occupera le poste d’entraîneur principal responsable des avants. Aucun contrat n’a été signé. Tout le monde s’est tapé dans la main pour une durée de collaboration de trois ans. Les deux entraîneurs dirigeront un effectif très stable. Seulement un départ important a été annoncé : celui du deuxième ligne Thibaut Callohart, à Orsay. Une arrivée clinquante a été déjà été actée : celle de l’ouvreur Alexandre Navarro, le capitaine de la réserve de Massy, championne de France.

Rugby Club suresnois

Date de création : 1970

Nombre de licenciés : 426

Plus haut niveau atteint : Fédérale 3

Palmarès : néant

Budget : 280 000 €

En 2015-2016 : Fédérale 3, 1er de la poule 1, éliminé en seizièmes de finale par Epernay

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?