Fédérale 1 : une poule élite comme tremplin

  • Fédérale 1 : une poule élite comme tremplin
    Fédérale 1 : une poule élite comme tremplin
Publié le , mis à jour

Entérinée lors du comité directeur de la FFR, la formule de l’élite amateur poursuit sa mue et renforce la formule actuelle, organisée avec une poule d’accession et trois poules dites « géographiques ».

Le projet porté par plusieurs présidents de clubs de Fédérale 1, lequel divise l’élite amateur en deux championnats distincts a finalement été validé lors du comité directeur de la FFR. Celui-ci prévoit donc deux poules qui fonctionneront de façon quasiment indépendante : d’un côté, la poule d’accession à la Pro D2, laquelle est pour l’instant composée de onze clubs (Massy, Nevers, Bourg-en-Bresse, Limoges, Tarbes, Auch, St-Nazaire, Romans, Aubenas, Chambéry et Aix-en-Provence), lequels devront répondre aux critères sportifs et structurels (1,6 millions d’euros de budget minimum) ainsi que de disposer d’un centre d’entraînement labellisé. Pour l’instant, ils sont donc onze. Mais ce chiffre pourrait varier dans les semaines à venir, avec l’examen des appels de Biarritz, Narbonne et Bourgoin. A l’image de la formule pratiquée en Pro D2, le premier de la poule d’accession sera automatiquement promu à l’échelon supérieur. En revanche, les demi-finales ainsi que la finale se joueront en matchs aller et retour.

De l’autre, nous aurons trois poules dites « géographiques », descendantes du traditionnel trophée Jean-Prat. Ces trois poules seront constituées de dix équipes, réparties selon un découpage vertical de l’Hexagone, lequel a pour conséquence de répartir les équipes du Nord (Rouen, Strasbourg et Bobigny) dans chaque poule. Les phases finales de ces poules dites géographiques opposeront seize formations : les cinq premiers de chaque poule, rejoints par le meilleur sixième. En bas de tableau, chaque équipe classée dernière de sa poule sera reléguée sportivement en Fédérale 2. Ces trois rétrogradés seront accompagnés de deux autres, déterminés à l’issue de play-down qui opposeront les trois avant-derniers (neuvièmes, donc) des poules géographiques, ainsi que du dernier de la poule d’accession. Ceci constitue donc une première passerelle entre les deux championnats, qui ne sont donc pas totalement indépendants.

Vers d’autres échanges avec les poules géographiques

Un rapide calcul indique donc que cinq formations quitteront la Fédérale 1 à l’issue de la saison, tandis que huit seront promues de Fédérale 2. En effet, la Fédération n’a pas souhaité réduire ce nombre. Pour combler ce différentiel de trois équipes, les poules géographiques passeront l’année suivante à onze équipes. L’autre mesure qui entrera en vigueur la saison suivante jettera une nouvelle passerelle entre la poule d’accession et les poules géographiques. En effet, chaque formation qui souhaitera intégrer la fameuse poule d’accession aura dû au préalable disputer une demi-finale de Jean-Prat. Cette mesure vise à contrôler l’accès à cette poule d’accession en y ajoutant un critère sportif afin d’empêcher la promotion éclair d’une riche formation de Fédérale 2.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?