[SAGA PRO D2] Albi

  • [SAGA PRO D2] Albi
    [SAGA PRO D2] Albi
Publié le , mis à jour

Après avoir vécu une saison compliquée mais somme toute enrichissante, les Albigeois remettent le bleu de travail. autour de leur nouveau manager serge milhas, les tarnais continuent leur construction.Sans mettre de côté les ambitions sportives.

Le Sporting veut grandir encore

Le roi est mort, vive le roi. Pour la troisième année consécutive, le SCA démarre sa saison avec à sa tête un nouveau manager. Au revoir donc Mauricio Reggiardo, parti à Agen ; Benjamin Bagate (Saint-Jean-d’Angély) et Rémy Ladauge (Soyaux-Angoulême). Bienvenue à Serge Milhas et Philippe Bérot, respectivement nouveau manager et entraîneur spécialiste des trois-quarts au sein de la maison jaune et noire. Les deux néoarrivants seront épaulés par l’indéboulonnable Jean-Christophe Bacca, qui porte l’écusson depuis 1989 et véritable garant de l’histoire du club. Ce trio aura une mission simple : faire grandir le club, encore et toujours. Les résultats sportifs seront importants, comme partout, mais Serge Milhas a été recruté -entre autres- pour apporter son expérience dans la structuration d’un club. Il a pour lui son mandat à La Rochelle, club qu’il a fait grandir jusqu’à le porter en Top 14. Après un rapide audit de son nouveau club, le technicien gersois a pris conscience du potentiel à sa disposition. à lui et à son staff de trouver les clés pour en tirer le meilleur parti. Jean-Christophe Bacca explique : « Je répète depuis un bon moment déjà qu’il ne faut pas forcer le destin. Philippe Bérot et Serge Milhas s’inscrivent dans un processus de construction et nous sommes sur la même longueur d’onde. Aujourd’hui, le SCA dispose de très bonnes bases pour grandir. Appuyons-nous sur nos compétences. Petit à petit, nous devrons développer notre outil de travail, nos ressources humaines (bénévoles, etc.), pour franchir un cap. »

Pas de pression particulière

Parmi les exemples que staff et joueurs citent volontiers lorsqu’on leur demande ce qu’ils aimeraient développer en premier lieu, c’est la fameuse « unité de vie » qui revient le plus souvent. Comprenez que pour progresser, les Albigeois aimeraient disposer d’un lieu où toutes les composantes du club pourraient travailler en synergie, sans avoir à se déplacer aux quatre coins du Stadium. Tous les grands clubs ont ça. Albi y viendra sûrement. Bacca d’appuyer : « Ce lieu de vie commun, c’est un vieux serpent de mer au club. On en parle depuis longtemps. Plus on sera amené à vivre tous ensemble, mieux cela sera. Aujourd’hui, nous pouvons passer une matinée complète sans croiser les joueurs si nous travaillons dans nos bureaux et qu’ils sont à la salle de musculation par exemple… » Sportivement, le président Jean-Jacques Castanet ne commettra pas l’erreur de mettre trop de pression sur les épaules de son nouveau staff. Chat échaudé craint l’eau froide. Le président, qui pour l’anecdote, fut le coéquipier de Bérot et Milhas sous les couleurs d’Auch, préfère leur demander de « terminer le plus haut possible. » Pas d’allusion à une éventuelle demi-finale, même si Serge Milhas « est un compétiteur, qui aime gagner. » Afin d’être compétitif, le SCA s’est doté d’un recrutement de jeunes joueurs pour la plupart issus de clubs prestigieux qui chercheront à s’aguerrir au haut niveau. Tous ont d’énormes qualités.Les dirigeants attendront d’eux qu’ils se révèlent, bien encadrés par le noyau dur de l’équipe, conservé depuis plusieurs saisons et qui a déjà fait largement ses preuves. Les trentenaires sont rares à Albi et les Tarnais auront probablement la moyenne d’âge la moins élevée du championnat. C’était déjà le cas sous l’ère Broncan, il y a trois saisons. Un Gersois, déjà… Par David BOURNIQUEL

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?