L’heure du renouveau

  • L’heure du renouveau
    L’heure du renouveau
Publié le , mis à jour

Promotion honneur Après une saison ardue, conclue par une descente, le Rugby Club Ajaccien veut repartir sur des bases saines.

Par Philippe PERONNE

Un staff qui démissionne en début championnat, des blessés tout au long de la saison et, pour finir, une descente en Promotion Honneur. La saison dernière est vraiment à oublier pour le Rugby Club ajaccien. « On a traîné des problèmes tout au long de l’année, on a dû gérer le groupe en interne et, à partir de décembre, on a récupéré l’entraîneur des juniors. On a eu énormément de malchance. Avec beaucoup de blessés, on a été obligé d’intégrer de nombreux jeunes dans le groupe senior. Malheureusement, ils ont été dans le dur toute la saison », confie Jérôme Torre, président du club.

Le nouvel entraîneur, c’est Frédéric Ghio-Casanova. Il a récupéré le groupe senior à la mi-saison et il sera à la reprise de l’entraînement le 15 juillet. « Dès qu’il est arrivé, les entraînements ont été plus durs et, malgré les défaites, il ne nous a pas lâchés. En dehors du terrain, c’est un homme extra, avec qui on peut discuter. Frédéric s’est très bien intégré au groupe et cette saison s’annonce bien », confie Cédric Duclos, le jeune arrière de 22 ans.

Et dans une optique de renouveau, le RCA enregistre l’arrivée d’un nouveau directeur sportif, David Hoarau, qui vient tout droit du Stade toulousain. Il faut reconstruire ses fondations après la tempête. Qui dit directeur sportif, dit homme à tout faire : « Il va chapeauter un peu tout le monde. David va s’occuper des cadets, juniors et seniors. Il y a projet de jeu commun. On va faire jouer les équipes de la même façon. Cette arrivée est importante », continue le président du RCA.

Un groupe homogène

L’équipe senior est composée en majeure partie de jeunes, mais aussi de joueurs d’expérience comme, Jean-Baptiste Firoloni, Romain Auffray et Sébastien Filippi. Leur rôle est d’entourer cette jeunesse insulaire. « Pendant les entraînements et les matchs, ils nous parlent, repositionnent et nous expliquent les erreurs qu’on fait. Ils remotivent les troupes quand il y a une baisse de régime. Ce sont nos papas », conclut Cédric Duclos.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?