Strasbourg : Bobo la pointe de l’iceberg

  • Strasbourg : Bobo la pointe de l’iceberg
    Strasbourg : Bobo la pointe de l’iceberg
Publié le

Les Alsaciens ont réalisé le recrutement le plus inattendu en enrôlant l’ailier international fidjien de Pau. Il sera la tête de gondole d’un effectif très renouvelé.

Nevers, Massy, Bourg-en-Bresse ou tous les autres candidats à la montée en Pro D2 qui participeront à la poule élite, ne présenteront pas dans leur recrutement une tête d’affiche de ce calibre. Sireli Bobo jouera à Strasbourg ! Ce poisson d’avril pêché au mois de juin par le manager Julien Chastanet a été l’une des nouvelles les plus inattendues de la fin de saison. Simon Mannix envisageait de le prolonger à Pau en Top 14. Bayonne s’était positionné. Des clubs de Pro D2 avaient toqué à sa porte. « Mais il sera bien là à la reprise du 8 juillet à son retour des Fidji », se marre Chastanet, qui disposera dans son effectif du joueur le plus fantasque du rugby français. Il lui a passé un coup de fil en direct. Sireli Bobo n’a pas d’agent, il ne fait rien comme tout le monde. Le projet global du club de la septième ville de France a séduit cet inaltérable quadragénaire dont la longue chevauchée- Simon Mannix le surnomme « The Horse »- l’avait porté sur le toit du monde du rugby à VII, quand ce sport encore confidentiel ne disposait pas de son avenir olympique.

 

Des Lillois et des Chalonnais en renfort

 

Depuis son entrée sur le sol européen via le Portugal, en 1999, les managers les plus pointilleux, tels que Pierre Berbizier au Racing-Metro, ou Bernard Laporte à Toulon cette année, en tant que joker Coupe du monde, ont accepté de renier certains de leurs principes en faisant fi de ses imperfections défensives pour profiter de son potentiel offensif hors normes. Dans ce championnat de Fédérale 1, il sera attendu comme un Gulliver. Tous les ailiers des équipes de la poule de Strasbourg cochent déjà le calendrier pour savoir quand ils seront confrontés à cette perle rare qui n’a rien perdu de son éclat. L’ancien joueur de Biarritz et La Rochelle -onze clubs en dix-sept ans de carrière- a encore été aligné sur quinze feuilles de match de Top 14 cette saison. Quand il posera ses valises dans sa petite maison du village paisible d’Oberschaeffolsheim, que les Strasbourgeois lui ont loué, il deviendra de facto la caution crédible de leur projet sportif de montée en Pro D2. « Nous voulons nous positionner dès cette année en haut de la Fédérale 1 pour participer dès la saison prochaine à la poule d’accession, explique Julien Chastanet. Je pense que la venue de Sireli est un gage de sérieux. » Le standing des autres recrues également.

Pour la première fois depuis qu’ils dirigent le projet du RCS, Julien Chastanet et Julien Schaub ont décidé d’organiser un renouvellement important de leur effectif. Cette équipe convaincante, qui a réalisé une très belle première saison de Fédérale1 en obtenant un maintien très solide, sera changée pour un tiers. Les deux responsables ont perdu seulement trois joueurs qu’ils souhaitaient absolument conserver : l’arrière Zambelli a rejoint Aix-en-Provence (en Pro D2 ou Fédérale 1 selon si Bourgoin est maintenu ou pas), l’ouvreur Pujo a privilégié sa vie de famille en rentrant à Condom (Gers) et l’ailier Bertro est parti à Pamiers.

Du côté des recrues, ils ont fait venir quelques vieux routiers aux côtés de Bobo. Un autre ailier de bonne envergure : Alipate Fatafehi, 30 ans, en provenance de Colomiers (Pro D2), qui compte deux Coupes du monde avec le Tonga. Un deuxième ligne de métier : le Lillois Guillaume August (36 ans). Le pilier Grobler revient après quatre saisons passées en Pro D2 à Tarbes où il a fait quatre-vingts feuilles de match. Des Lillois (Bomont, Corbier, Romain) et des Chalonnais (Pretorius, Peacock), tous victimes des dépôts de bilan de leur club, complètent le tableau pour l’essentiel. Chastanet et Schaub cherchent encore un ouvreur et un troisième ligne centre « de très bon niveau ». Clairement, Strasbourg a construit une équipe de haut de tableau.

 

Racing Club de Strasbourg

 

Date de création : 1970

Nombre de licenciés : 417

Plus haut niveau atteint : Groupe B (1991)

Palmarès : champion de France Fédérale 2 (2015), Fédérale 2B (2015), Nationale 3 (1990)

Budget : 1,8 million d’euros

En 2015-2016 : Fédérale, 7e de la poule 4, maintenu

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?