Le Creusot : Patrimoine bien sauvegardé

  • Le Creusot : Patrimoine bien sauvegardé
    Le Creusot : Patrimoine bien sauvegardé
Publié le , mis à jour

En Saône et Loire, la légende s’écrit encore et toujours dans le club du Creusot.

Une âme, des racines, des valeurs. Mais oui, loin, très loin des lumières du Top 14 - dont il a d’ailleurs connu l’ancêtre de l’avant-dernière décennie - le cœur du très vénérable Club olympique creusotin bat encore très fort. À l’image du non-moins historique marteau-pilon dont tel ou tel délégué rencontré au hasard d’un championnat de France de pétanque vous dira, avec cet accent si particulier, « Qu’il est toujours debout ! ». C’est peu dire pourtant si, dans un passé récent, l’édifice associé dans la mémoire collective à la grande époque de la sidérurgie a vacillé. Voilà pourquoi Christophe Vojetta, l’un des sauveurs, au même titre que le bon président Pelloux et son colistier Pierre Doucet, de la patrie en danger, ne fait pas la fine bouche au moment de revenir sur le présent exercice : « Au printemps 2015, nous avions attendu la dernière journée pour nous maintenir. Cette saison, à trois journées de la fin, nous étions à l’abri. D’où cette décompression bien compréhensible, et non pas un relâchement coupable, qui ne nous a pas permis d’obtenir un meilleur rang de classement. »

Un groupe encore plus compétitif

Reste qu’en certaines occasions, les coéquipiers du charismatique Julien Lefèvre se sont montrés dignes des grands anciens. Le voisin beaunois et le dauphin montluçonnais ont trouvé, par exemple, à qui parler. Christophe Vojetta et Cédric Borgeot (le préparateur physique en charge de la ligne de trois-quarts) espèrent piloter un groupe « plus compétitif encore » dès septembre prochain. Si seulement ces points de bonus défensifs glanés ça et là pouvaient se transformer en succès ! Le vieux stade de la rue de Yougoslavie, qui sonnait un peu creux il y a même pas deux ans de cela, continuerait de se remplir. Les dirigeants n’excluent d’ailleurs pas l’hypothèse d’un avancement au samedi après-midi si, par cas, le calendrier amène les Beaunois à se rendre en Saône-et-Loire au mois de septembre. Il faut dire que les jeunes susceptibles de prendre du galon et les recrues venues se greffer sur l’ossature en place ont été « gâtées » par leur affectation en poule 3. Finis les déplacements en région parisienne, cap sur la région Rhône-Alpes. Pour tenir tête aux « grosses pointures » du comité du Lyonnais (celles de Vienne, entre autres), le staff a établi un bon petit programme « des familles » avec trois matchs amicaux. Le premier face aux réservistes neversois, le deuxième face à leurs homologues de Bourg-en-Bresse, le troisième, face à Montluçon ou Épernay. Mine de rien, dès le 29 juillet, les Thomas Lancrenon, Raphaël Bourillot (finaliste valeureux et malheureux de la dernière édition de la Coupe de la Fédération sous la bannière bourguignonne) et autres Pierre-François Toti (le fils de Régis, de Chalon-sur-Saône, comme Thierry Ponel et Picamelot naguère) vont remettre le pied à l’étrier. Avant même certains de leurs aînés engagés à l’échelon supérieur. Faut-il en déduire que la Fédérale 1 est dans la ligne de mire ? « Ce serait prématuré », expliquent conjointement Christophe Vojetta et Jean-Paul Pelloux. Il est vrai que dans ce terroir à cheval sur les traditions ouvrière et rurale, nul ne saurait mettre la charrue, dure comme l’acier ou pas, avant les bœufs. « Notre horizon s’est dégagé, une embellie s’en est suivie, il faut poursuivre sur ces bases, former des jeunes », conclut l’ancien mentor de Tavaux-Damparis. Et c’est vrai, bien souvent, on constate que l’équipe réserve brille dans le sillage d’un groupe-fanion conquérant.

Club Olympique le Creusot-Bourgogne

Date de création : 1901

Nombre de licenciés : 280 avec l’ecole de rugby

Plus haut niveau atteint : Le Groupe A

Palmarès : Néant.

Budget : 440 000 euros

En 2015-2016 : Fédérale 2, 6e de la poule 2, maintenu.

Par Philippe Allary

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?