Salanque : Le petit poucet n’est plus

  • Salanque : Le petit poucet n’est plus
    Salanque : Le petit poucet n’est plus
Publié le , mis à jour

Avec seulement sept victoires au compteur, le club catalan a vécu une saison difficile. Pourtant l’envie est toujours là.

C’était pendant l’été 2009. Trois communes, Torreilles, Sainte-Marie et Canet-en-Roussillon ont décidé de s’allier pour former un seul et unique club : Salanque Côte radieuse. Les ambitions étaient telles que revenir dans le « haut niveau » du rugby amateur était leur objectif premier. David Bret, l’ancien pilier emblématique du XV salanquais, est aujourd’hui le président de ce club et déclare à ce sujet : « Nous voulions former un grand club sur la côte du Pays catalan. L’année dernière, nous avons franchi la première marche avec la montée en Fédérale 2 et cette année a été exceptionnelle car nous nous sommes maintenus. » Pourtant le début de saison n’a pas été brillant pour les Catalans. Avec seulement sept victoires en dix-huit matchs joués, les joueurs ont assimilé les exigences que demande la Fédérale 2. « Les mecs ne se sont pas assez entraînés à l’intersaison et n’ont pas réalisé le fossé qu’il pouvait y avoir avec la Fédérale 3 », avoue le président.

L’apport indiscutable de Tuilagi et Pulu

D’autant plus que le club a perdu en tout début de saison six éléments titulaires pour grosses blessures ainsi que des arrêts qui n’étaient pas prévus. Mais ces aléas ont permis à plusieurs jeunes joueurs de se révéler dans l’effectif premier. Au niveau du recrutement, le club a fait fort. Les Ciel et Noir ont accueilli dans leur effectif deux internationaux. à l’image de Kisi Pulu, l’ancien pilier de l’Usap, ainsi que Henry Tuilagi, le troisième ligne de 39 ans. à eux deux, ils représentent cinq Coupes du monde. Et David Bret reconnaît l’importance de ce recrutement : « Ils ont apporté leur rigueur et leur joie de vivre. Ils ne sont pas du tout des mercenaires mais beaucoup dans la communication. » Mais d’ores et déjà, les yeux sont rivés sur l’avenir.

Et l’année prochaine, l’objectif premier est d’assurer le maintien le plus tôt possible. Le président veut en effet démarrer la saison de la meilleure manière qui soit : « Nous espérons rester invaincus à domicile. Mais notamment changer la mentalité. Nous devons être prêts dès le début du championnat et ne pas attendre que les matchs se passent pour s’affirmer. »

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?