Lorenzetti : « On a été dupés »

  • Lorenzetti : « On a été dupés »
    Lorenzetti : « On a été dupés »
Publié le , mis à jour

La convention passée entre la ligue et la fédé n'a pas fait que des heureux en Top 14. Jacky Lorenzetti fait partie de ceux-là...

Samedi dernier, à Margaux (Gironde), la nouvelle convention pour la période 2016-2020 entre la fédération et la Ligue, qui prévoit notamment une mise à disposition accrue des internationaux auprès du XV de France (liste de 30 internationaux, 120 jours à disposition de la sélection), a été adoptée par l'assemblée générale de la LNR. L'accord en question a été validé grâce à 94% des suffrages, une semaine après avoir été approuvé par l'assemblée générale de la FFR (au congrès de Pau) avec 82% des voix. Le rugby français est-il désormais lié pour le meilleur et pour le pire ? Pas certain. En début de semaine, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti nous expliquait ainsi : « Je fais partie des clubs qui n'ont pas voté, à Margaux, pour la nouvelle convention entre ligue et la fédé : non pas que je sois contre l'accord ayant été pris, mais je ne peux cacher ma frustration quant à la compensation financière que versera la LNR aux pourvoyeurs d'internationaux. Elle est beaucoup trop basse ».

Lorenzetti : « Un défaut de franchise » 

Le Racing, champion de France en titre, comptera cinq de ses licenciés (Eddy Ben Arous, Camille Chat, Maxime Machenaud, Wenceslas Lauret et Bernard Le Roux) sur la liste des trente joueurs protégés par la convention. Lorenzetti poursuit : « J'insiste là-dessus : nous sommes tous d'accord pour donner un coup de main à l'équipe de France, histoire de faire en sorte qu'elle porte haut nos couleurs. Pourtant, le deal initial n'est pas respecté. On nous avait parlé de 2000 à 3000 euros de compensation par jour d'indisponibilité. On a été dupés et recevrons en réalité 1300 euros par jour et par joueur ». Le manque à gagner est-il à ce point important pour les cadors du Top 14 ? Le président francilien assure que le problème n'est pas uniquement financier : « Ce que je reproche à la ligue et à la fédération est un défaut de franchise, laquelle est pour moi une valeur essentielle du rugby. Il aurait été plus simple et plus compréhensible pour tout le monde que l'on dise dès le départ : « Ok ! Les clubs les plus nantis, ceux comptant les plus gros budgets et le plus d'internationaux, payent pour le XV de France ! » Le Racing, comme les autres clubs les mieux lotis du championnat, devront donc financer l'équipe nationale. On ferme le ban. C'est frustrant mais c'est ainsi ». Pour conclure, l'ancien PDG de Foncia ironise : « Bravo à la fédération. Elle vient d'obtenir des clubs tout ce qu'elle voulait, sans que cela lui coûte un centime. C'est un joli coup politique. Moi, j'auraisjuste aimé juste qu'on nous dise : « Vous êtes les locomotives, vous avez un peu de moyens. Vous allez payer ». Cela aurait été plus clair ».

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?