[Revue de l'élite/Numéros 10] Carter, la classe internationale

  • [Revue de l'élite/Numéros 10] Carter, la classe internationale
    [Revue de l'élite/Numéros 10] Carter, la classe internationale
Publié le , mis à jour

Tout juste auréolé de son deuxième titre de champion du monde, Daniel Carter est venu conquérir un deuxième titre de champion de france. Et éclater le championnat français de sa classe.

Une saison de dingues. Daniel Carter sort d’un exercice 2015-2016 proprement hallucinant, marqué par un deuxième titre de champion du monde avec les All Blacks (le premier sur le terrain), un troisième titre de meilleur joueur du monde décerné par World Rugby, un deuxième titre de champion de France avec le Racing 92 (le premier sur le terrain, également) et une finale de Coupe d’Europe. Phénoménal, dites-vous ? Le joueur de 34 ans, dont certains s’inquiétaient qu’il puisse venir en France en pré-retraite, a réussi le pari qu’il s’était fixé alors que lui-même doutait de ses capacités il n’y a pas si longtemps encore. « En 2015, je me demandais vraiment si j’étais assez bon pour continuer, nous confiait-il quelques jours après avoir soulevé le Brennus à Barcelone. Je ne jouais pas beaucoup à cause des blessures et mes concurrents au poste étaient très bons. Je manquais de confiance en moi. »

Daniel Carter était assez bon, oui. Et il mérite bien les vacances qu’il passe actuellement dans le Sud de la France avec sa famille. Dès son arrivée en France, à la fin du mois de décembre, l’ancien All Black a montré qu’il n’était pas venu faire du tourisme à Paris. Indéniablement, l’ancien joueur des Crusaders a permis au Racing 92 de passer dans une nouvelle dimension. D’abord dans la stratégie marketing du club voulue par Jacky Lorenzetti, lequel a su exploiter à la perfection l’aura de son étoile pour affirmer sa soif de développement. Mais c’est aussi-et surtout-sur le plan sportif que les Franciliens ont changé d’univers dans son sillage. Le Racing version élite sans Carter, c’est zéro finale. Avec lui, c’est deux finales. Et si une vilaine blessure à un mollet l’avait empêché de s’élever à son niveau pour la première, en Champions Cup contre les Saracens, il fut déterminant au Camp Nou il y a deux semaines. Pendant toutes les phases finales d’ailleurs.

Expérience et maîtrise

C’est son pied gauche, toujours aussi imperturbable quand la pression se fait insoutenable, qui terrassait le Stade toulousain en quart de finale. C’est encore ce même pied gauche qui, au bout de la prolongation d’une demi-finale dantesque contre Clermont, convertissait la transformation de la victoire. En finale, il gérait parfaitement le jeu des siens à quatorze après la sortie sur carton rouge de Maxime Machenaud dès la 18e minute de jeu… et à côté d’un ailier contraint d’évoluer à la mêlée pour l’occasion. « Dan a peu joué au gardien de but avec mes passes, souriait Juan Imhoff après le sacre espagnol. Mais bon… Il est si fort, si sécurisant. M’a-t-il donné des conseils ? Le meilleur conseil que puisse glisser Dan Carter, c’est : « Donne-moi le ballon, je m’occupe du reste. » 

Car le Néo-Zélandais sait tout faire. Et ça a l’air facile, en plus. Alors même s’« il n’a pas été hyper flamboyant », même si « ce n’est pas le Carter qui mettait trente points par match avec les Blacks » comme nous le confie ci-dessous l’ancien international tricolore David Skrela, le meilleur joueur du monde a tenu son rang par sa maîtrise sans égale et sa justesse exceptionnelle, bien que handicapé par son souci à un mollet durant les dernières semaines. Pour terminer la saison à Barcelone aussi brillamment qu’il l’avait entamée à Londres. La belle étoile n’a pas fini de briller.

Le classement

1. Daniel Carter, Racing 
Né le 5 mars 1982 - 1,78 m; 94 kg
Temps de jeu : 1 233 minutes - Points : 191
International néo-zélandais - 112 sélections

2. Colin Slade, Pau
Né le 10 octobre 1987 - 1,83 m; 90 kg
Temps de jeu : 1 083 minutes - Points : 120
International néo-zélandais - 21 sélections

3. Demetri Catrakilis, Montpellier
Né le 6 juillet 1989 - 1,78 m; 87 kg
Temps de jeu : 1 564 minutes - Points : 261

4. Zack Holmes, La Rochelle
Né le 30 mai 1990 - 1,75 m; 90 kg
Temps de jeu : 1 883 minutes - Points : 260

5. Camille Lopez, Clermont
Né le 3 avril 1989 - 1,76 m; 88 kg
Temps de jeu : 1 490 minutes - Points : 156
International français - 9 sélections

6.Jonathan Wisniewski, Grenoble
Né le 16 juillet 1985 - 1,80 m; 84 kg
Temps de jeu : 1 635 minutes - Points : 310

7. Benjamin Urdapilleta, Castres
Né le 11 mars 1986 - 1,76 m; 76 kg
Temps de jeu : 1 126 minutes - Points : 155
International fargentin - 10 sélections

8. Burton Francis, Agen
Né le 13 avril 1990 - 1,84 m; 90 kg
Temps de jeu : 1 624 minutes - Points : 246

9. Matthieu Ugalde, Brive
Né le 10 juin 1992 - 1,81 m; 89 kg
Temps de jeu : 1 317 minutes - Points : 10

10. Simon Hickey, Bordeaux-Bègles
Né le 23 janvier 1994 - 1,76 m; 83 kg
Temps de jeu : 639 minutes - Points : 90

Les autres classements

LES ARRIERES
LES AILIERS
LES CENTRES

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?