Gaillac : La fin d’une époque !

  • Gaillac : La fin d’une époque !
    Gaillac : La fin d’une époque !
Publié le , mis à jour

Après une saison honnête en Armelle-Auclair, les Lionnes de Gaillac repartent en Fédérale 1 avec une nouvelle génération à former.

Tous les cycles, même les plus vertueux, prennent fin un jour. C’est la dure loi du sport et les féminines de Gaillac voient leur noyau dur de joueuses mettre un terme à leur carrière à l’aube de cette saison 2016-2017. Au revoir donc les Marie Delbauwe, Amanda Patchett, Élodie et Émilie Robert, Sabrina Delmas, Aurélie Pinot, l’emblématique capitaine, peut-être aussi. Des filles qui ont mouillé le maillot gaillacois depuis les prémices du club, en 2002, et qui ont commencé leur apprentissage dans la douleur avant de devenir les terreurs du rugby féminin dans le grand ouest. Entre 2012 et 2015 en effet, rien n’a résisté à cette génération qui a remporté tour à tour trois titres de championnes de France (Fédérale 3, Fédérale 2, Fédérale 1), passant du rugby à 12 au rugby à XV avec brio et talent. Cette équipe, partie de rien (ses plus anciens supporters se souviennent de matchs où l’arbitre arrêtait de compter les points inscrits par les adversaires tant il y en avait !), a fini par toucher le haut niveau féminin, en participant la saison dernière au championnat d’élite 2 Armelle-Auclair, l’équivalent de la deuxième division nationale. Une antichambre de l’élite ou les filles de Gaillac ont fait mieux que se défendre, terminant à une honorable cinquième place, derrière les cadors Bayonne, Bordeaux, Lons ou Tarbes. Notons aussi que leur arrière Marjorie Delpeuch devrait être mutée en Top 8 à Saint-Orens-Blagnac ou Margaux Pérussan, convoitée par La Rochelle. Une belle reconnaissance pour le club gaillacois.

En Fédérale 1

Si les filles de Gaillac ont gagné sur le terrain le droit de jouer une saison de plus en Armelle-Auclair, leur emblématique présidente-fondatrice Dany Linarès a choisi de ne pas renouveler l’expérience. Le niveau est trop élevé pour les Gaillacoises qui, avec les arrêts de carrière, n’ont pas le vivier nécessaire pour être immédiatement au niveau exigé. C’est aussi une question de sécurité. Pas question de jeter en pâture des cadettes qui montent face à des joueuses beaucoup plus mûres et préparées pour le haut niveau. « Quand j’ai pris conscience du nombre de joueuses qui mettaient un terme à leur carrière, j’ai immédiatement décidé de ne plus évoluer en Armelle-Auclair, pose la présidente. Il en va de la sécurité des gamines qui montent et qui ne sont pas prêtes à évoluer à ce niveau. Je pense que c’est une sage décision. » D’autant plus que les déplacements, longs et coûteux, n’auraient peut-être pas pu être tous honorés, à cause de leur coût et d’éventuels problèmes d’effectif. Dany Linarès a donc fait le choix de la raison et son équipe repartira en Fédérale 1, un niveau plus adapté à ses moyens du moment, où les Tarnaises auront le loisir de rebâtir, de poser de nouvelles fondations, d’aguerrir les jeunes cadettes aux joutes des seniors. « Je suis contente de repartir en Fédérale 1. C’est mieux que de redémarrer tout en bas de l’échelle », se réjouit la présidente. Une nouvelle vie commence, durant laquelle le club sera entraîné par Sabrina Delmas, joueuse historique qui viendra distiller ses conseils aux plus jeunes. Et si vous êtes une jeune fille désireuse de découvrir ou pratiquer le rugby, n’hésitez pas à contacter le club qui est toujours en recherche de joueuses, débutantes ou aguerries.

Gaillac :

Date de création : 2002

Nombre de licenciés : 30

Plus haut niveau atteint : Armelle-Auclair

Palmarès : championnes de France Fédérale 3 (2012), Fédérale 2 (2013), Fédérale 1 (2014)

Budget : 10 000 euros

En 2015-2016 : Armelle-Auclair, 5e de la poule 2

Par David BOURNIQUEL

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?