Vidéo : une sévère sélection des arbitres

  • Vidéo : une sévère sélection des arbitres
    Vidéo : une sévère sélection des arbitres
Publié le / Mis à jour le

Le mode de sélection des arbitres-vidéo a été durci à l’intersaison. Explications.

Au cœur de maintes polémiques cette saison, tout particulièrement lors des phases finales, la vidéo a été un des principaux sujets d’attention du congrès des arbitres, organisé à Agen, en fin de semaine dernière. Les dirigeants ont décidé de durcir la sélection de ces officiels, invisibles aux yeux du grand public mais au rôle ô combien déterminant. Avec le recours systématique aux ralentis et surtout un champ d’action de plus en plus vaste, cette étape était devenue inévitable.

Fin juin, une quinzaine d’arbitres-vidéos, en place ou aspirants, a donc été soumise à un examen poussé, à l’image des tests passés par les arbitres centraux et de touche. Objectif : évaluer leurs compétences et leur crédibilité en la matière. Huit ont été jugés aptes à assumer cette responsabilité. Désormais, à chaque journée de Top 14, quatre d’entre eux seront choisis ; quant aux trois rencontres restantes, des arbitres centraux non retenus pour officier sur le terrain seront dépêchés. La commission centrale entend ainsi se donner tous les moyens, au niveau humain, pour réduire le nombre de possibles controverses.

 

Brousset en Top 14, une parenthèse pour Lafond

 

Ce congrès a aussi permis d’effectuer un bilan de l’arbitrage en France. Avec 3 000 intervenants actifs-soit une légère augmentation de 100 arbitres-et une représentation toujours aussi conséquente au niveau international- en dépit du remplacement de Joël Jutge par Alain Rolland à World Rugby, il se porte relativement bien. Quelques changements ont par ailleurs été annoncés au niveau du classement des hommes au sifflet. Ainsi, Pierre Brousset (Midi-Pyrénées) intègre le panel Top 14, en remplacement de Cyril Lafon (Lyonnais), parti aux États-Unis pour raisons professionnelles. En Pro D2, Christophe Mallet, Arnaud Blondel et David Rosich disent stop tandis que Ludovic Carrillo (Ile-de-France) effectue son apparition.  

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir