[SAGA TOP 14] Retière : « Un club d’avenir »

  • [SAGA TOP 14] Retière : « Un club d’avenir »
    [SAGA TOP 14] Retière : « Un club d’avenir »
Publié le , mis à jour

Considéré comme l’un des plus grands espoirs du rugby français, le jeune demi de mêlée de 18 ans, Arthur Retière, a quitté le Racing 92 pour gagner du temps de jeu.

Pourquoi avez-vous choisi La Rochelle ?

Le Racing 92, mon club précédent, m’avait proposé trois années de contrat. Puis, j’ai attendu, attendu… Ensuite, j‘ai appris que le staff francilien recrutait un autre numéro 9 (le Grenoblois James Hart, N.D.L.R.).J’étais en fin de contrat dans les Hauts-de-Seine et j’ai donc commencé à prêter une oreille plus attentive aux clubs qui me contactaient.

Qu’avez-vous apprécié dans le projet rochelais ?

L’ambition, le stade plein, les supporters, la passion qui règne autour de cette équipe… C’est Patrice Collazo (le manager) qui m’a appelé le premier. Dans la foulée, j’ai eu Xavier Garbajosa (l’entraîneur des trois-quarts). Le contact a immédiatement été très bon. Je leur ai dit oui très vite, en fait.

Aviez-vous peur de manquer de temps de jeu, dans les Hauts-de-Seine ?

Oui. Brice Dulin et Maxime Machenaud étaient indiscutables aux deux postes que je convoitais (demi de mêlée et arrière). Je savais aussi que La Rochelle fait généralement beaucoup jouer ses jeunes. Le choix fut donc relativement facile.

Avez-vous signé un contrat pro avec le Stade rochelais ?

Non, un contrat espoirs.

Avant de vous engager à La Rochelle, quelle image aviez-vous de ce club ?

Je voyais le Stade rochelais comme une équipe donnant tout ce qu’elle a sur le terrain, très combative devant son public, souvent passionnée… La Rochelle s’est installé en milieu de tableau et ne compte pas s’arrêter là. Son projet ne manque pas d’ambition. Le Stade rochelais est un club d’avenir.

Vous a-t-on promis quelque chose de particulier, là-bas ?

On ne m’a rien promis du tout. C’est d’abord à moi de faire le boulot. Après, on verra…

Vous jouez numéro 9 ou arrière avec la même réussite. Quel poste préférez-vous, néanmoins ?

Mon poste favori est celui d’arrière parce que j’y ai plus d’espace, plus de ballons de relance… Mais mon gabarit (1,70 m et 75 kg) m’a toujours pousé vers la position de numéro 9. C’est là où j’ai le plus joué.

Vous avez été sélectionné à plusieurs reprises avec l’équipe de France à VII. Quel rugby préférez-vous ?

Aujourd’hui, j’ai une claire préférence pour le XV et je ne suis pas encore prêt à changer définitivement de discipline. Le rugby à VII, on verra plus tard…

Le rugby à VII demande-t-il des qualités physiques différentes ?

Oui, bien sûr. On doit couvrir énormément de terrain, ne pas louper de plaquage…

Participerez-vous aux Jeux de Rio ?

Je ne sais pas. La liste n’a pas encore été communiquée. Les JO, c’est néanmoins un rêve que j’espère pouvoir un jour accrocher.

Quelles sont vos qualités de rugbyman ?

La vitesse et la défense, je pense. En revanche, j’ai encore beaucoup de progrès à faire au niveau de la passe et du jeu au pied.

Vous êtes le fils aîné du DTN, Didier Retière. Comment vivez-vous cette situation ?

Je la vis très simplement. Je n’y pense pas et, franchement, personne ne me le fait jamais remarquer sur le terrain. Mon père est de bon conseil. Je le prends comme une chance, c’est tout.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?