Pomarel : « Ca a été un crève-cœur ! »

  • Pomarel : « Ca a été un crève-cœur ! »
    Pomarel : « Ca a été un crève-cœur ! »
Publié le / Mis à jour le

Après avoir officiellement communiqué mercredi les douze joueurs retenus pour Rio, « Pom » a accepté de livrer le fruit de sa réflexion.

Cette liste de douze joueurs sélectionnés pour les jeux Olympiques a-t-elle été difficile à établir ?

Je l’avais en tête à 90 % depuis déjà quelque temps. Il y avait encore en bordure des décisions à prendre et jusqu’au dernier moment, j’ai souhaité me donner toutes les garanties pour faire les bons choix. Cette dernière tournée en Grande-Bretagne était pour moi l’occasion de donner à tous les joueurs, y compris ceux qui dans ma tête seraient sur la liste, de participer à une compétition aussi bien dans le cadre de la préparation que pour répondre aux dernières interrogations.

Vous avez fait une large place au groupe de base. Est-ce aussi une façon de récompenser les joueurs qui ont participé à la construction et à la réalisation du projet olympique ?

Je n’avais pas la volonté de récompenser qui que ce soit. J’avais juste la volonté de composer ce qui est pour moi la meilleure équipe pour défendre nos couleurs. Si j’ai fait venir des joueurs du Top 14, ce n’était pas pour me faire plaisir. C’était pour voir si ces joueurs-là pouvaient apporter une plus-value. J’en suis toujours convaincu : ils peuvent apporter une plus-value à l’équipe de France à VII, mais à condition de pouvoir venir jouer et s’entraîner plus régulièrement. Malheureusement, ça n’a pas pu être suffisamment important en volume. Ça ne leur a pas permis de passer au-dessus du niveau des garçons qui sont habitués à vivre le VII toute l’année. Cette liste, ce n’est donc ni une récompense, ni pour faire plaisir à un tel ou un tel. Aujourd’hui, je pense que les garçons qui jouent à VII tout au long de l’année et qui ont cette expérience à VII sont mieux préparés pour l’échéance qui nous attend.

Mais pourquoi alors avoir fait venir des quinzistes ?

Le système est ce qu’il est. J’ai réussi à faire venir ces quinzistes sur quelques tournois. Ils ont tous toujours joué le jeu. Ce sont des joueurs qui peuvent apporter quelque chose à l’équipe de France. Un garçon comme Fulgence, plus il vient avec nous, plus il va vite dans l’adaptation. Il nous a montré des choses très intéressantes, mais aujourd’hui, il est fatigué par une saison immense en Top 14. Je lui tire un grand coup de chapeau car il a tout donné. Mais aujourd’hui, dans le contexte actuel, nous pensons, avec mon staff, que les meilleurs joueurs du VII sont ceux qui le pratiquent régulièrement. Maintenant, si on imagine des systèmes de passerelles plus fréquentes en tenant compte des contraintes de chacun, on pourrait amener plus souvent de bons « quinzistes » vers le VII. Je pense que c’est encore possible mais il faudra du temps.

Pourquoi alors avoir tout de même retenu Sofiane Guitoune en tant que suppléant ?

Tout simplement parce qu’il a montré de très belles choses lors de la dernière tournée en Grande Bretagne. Il a vraiment été très bon sur les deux derniers tournois. Pour lui, cette tournée a été bénéfique. De tous les joueurs, il est celui qui a peut-être le plus joué. Et puis, dans ce rôle de suppléant, j’ai aussi besoin de joueurs qui ne se posent pas trop de question. Ces deux joueurs peuvent entrer dans la compétition à tout moment. Je pense que l’état d’esprit de Sofiane colle parfaitement à ce rôle. Par ailleurs, sa polyvalence au poste de six (centre) et de sept (ailier) m’intéresse. Par sa présence, tous mes postes sont couverts par au moins trois joueurs. Et même, s’il n’est pas « septiste » professionnel, il a vraiment mérité sa place dans le groupe. Franchement, il nous a même bluffés car il a constamment progressé tout au long de la préparation. Il a peut-être été un peu plus vite que les autres « quinzistes ». Et pour tout dire, même si au départ je ne pensais pas à lui, il a montré que c’était lui qui pouvait nous apporter le plus de garanties.

Pourquoi ne pas avoir retenu Jean-Pascal Baraque qui a pourtant signé récemment un contrat en faveur de la FFR ?

Beaucoup pensaient qu’il serait dans la liste, mais Jean-Pascal, même s’il a fait de bonnes choses, n’était pas à 100 % sur les dernières compétitions. Il n’a donc pas pu s’exprimer comme il aurait pu le faire en étant en pleine possession de ses moyens. J’ai donc eu un choix à faire. J’ai choisi la polyvalence de Sofiane (Guitoune) plutôt que celle de Jean-Pascal.

L’annonce de la liste a-t-elle été particulièrement difficile vis-à-vis de certains de vos joueurs ?

Le moment a été plus difficile avec mes joueurs, ceux que j’ai tout au long de l’année, qu’avec les quinzistes. Ils ont bien compris mes choix. En revanche, pour ceux qui se sont investis sur le long terme à 7, la décision a été très difficile à expliquer. Je pense notamment à Jean-Baptite Mazoué. C’est un garçon qui fait de belles choses, mais il nous a semblé que certains joueurs en concurrence avec lui sont aujourd’hui un peu meilleurs. C’est un choix sportif, mais affectivement, c’est un crève-cœur. Mais ça, je m’y étais préparé. Maintenant, nous entrons dans la phase stratégique de la préparation. Et je crois que les garçons ont hâte d’y être.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir