Argentine VII : Hijos de pumas !

  • Argentine VII : Hijos de pumas !
    Argentine VII : Hijos de pumas !
Publié le / Mis à jour le

Et si les Argentins étaient le cauchemar des Fidjiens ? Au Brésil, les Argentins se préparent en tout cas en ce sens…

Depuis une semaine, les Argentins se sont regroupés à Portobello, un village situé au sud de Rio de Janeiro, afin d’y préparer au mieux les prochains jeux Olympiques. Santiago Comez-Cora, l’entraîneur des Pumas à 7, explique : « L’idée est de se préparer dans des conditions similaires à celles que nous connaîtrons pendant la compétition. Nos lancements de jeu sont maîtrisés, l’équipe est en place, reste donc à se forger des corps d’athlètes. »

« Une médaille au Brésil... Ce serait magnifique... »

Cinquième nation mondiale et en progrès constants depuis ces derniers mois, l’Argentine espère arracher une médaille à Rio, au sein d’Olympiades où la nation sud-américaine brille relativement peu, historiquement. Gaston Revol, l’un des attaquants de l’équipe, analyse : « Il n’y a ni pression gouvernementale ni pression populaire. Mais une médaille au Brésil… Ce serait magnifique… »

Portés par le talent de ses stars Axel Muller ou Gaston Revol, les Pumas figureront parmi les grands favoris de la compétition. « Nous avons pourtant hérité d’un groupe particulièrement difficile », nuance le coach Gomez-Cora. Pour accrocher les quarts de finale de la compétition, les Pumas devront en effet venir à bout des grands maîtres fidjiens, des Nord-Américains et du Brésil, une équipe probablement transcendée par le soutien de la population « carioca ». Comez-Cora poursuit : « Avant le stage à Portobello, j’avais choisi de ne jamais évoquer les jeux Olympiques avec mes hommes. Nous en avons donc parlé pour la première fois la semaine dernière. Je crois que j’avais peur que les joueurs cèdent à la pression, se trompent d’objectif et passent finalement à côté de la qualification ».

Sans complexe face aux Fidjiens

Concernant le groupe dont ont hérité ses hommes, Gomez-Cora détaille : « Jamais, dans notre histoire, nous ne sommes parvenus à vaincre les Fidjiens. Mais ces derniers mois, nous avons réellement comblé l’écart qui nous séparait d’eux il y a encore deux ans. Nous les avons d’ailleurs fait beaucoup douter lors de notre dernier affrontement (15-12, à Las Vegas, N.D.L.R.)… Le temps où nous encaissions trente points contre les Fidji est révolu. » Et les autres, alors ? « Les Américains sont des rivaux directs dans le sens où les dernières oppositions entre nos deux équipes se sont jouées à rien. Le Brésil est la grande inconnue. On verra bien… »

À quelques semaines du coup d’envoi de l’événement, les « septistes » argentins semblent donc prêts à relever le plus grand défi de leur histoire. Gatson Revol conclut ainsi : « L’attente est insupportable. La nuit, je rêve aux JO, aux Fidjiens, à Rio. Ce sera un peu comme les jeux panaméricains, on croisera tous les jours des stars de toutes les disciplines, sauf que là, les stars se nommeront Neymar (footballeur brésilien), Ginobuli (basketteur argentin.) ou Bolt (sprinter jamaïcain)… »

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir