Soustons, un club complet

  • Soustons, un club complet
    Soustons, un club complet
Publié le , mis à jour

Soustons, au passé prestigieux, retrouve la Fédérale 3 après sept années de patience en Honneur. Une montée parachevée par un titre que les joueurs s’étaient mis en tête de conquérir.

L’essentiel était peut-être dans la montée en Fédérale 3. La place tant désirée par les Soustonnais. Sept ans qu’ils attendaient ce moment. Et qu’ils préparaient ce retour. Avec bien des désillusions. Deux finales manquées, face à Saint-Palais, il y a trois ans, et à Bidart, il y a deux ans. La saison dernière, ils avaient manqué le coche en barrages face à Tartas.

Mais la persévérance a ses vertus. Cette saison, l’ASS n’a perdu qu’un seul match. Lors de l’ouverture du championnat, à Cambo. Aujourd’hui, il y a prescription, ce qui n’enlève rien à la valeur des Basques mais qui va peut être les chagriner, les Landais avaient ce week end-là… trois mariages.

Une montée construite à l’intersaison

C’est donc une merveilleuse saison qu’a vécue Soustons. Mais une saison soigneusement préparée. Car, cette fois, le club ne voulait pas laisser passer sa chance. La montée s’est construite aussi à l’intersaison. Lors du recrutement. Il avait été ciblé. Il fallait davantage de puissance et de la jeunesse. Il y eut aussi l’apport de l’expérimenté Frédéric Cousseau, fort de son expérience à l’Aviron bayonnais. Le préparateur physique avait fignolé son travail en amont. Soustons, la qualité des joueurs et des entraîneurs, mais aussi la quantité.

Le groupe des seniors, qui inclut la réserve, se monte à 65 joueurs, régulièrement 45 à l’entraînement. La réserve, trois fois championne de Côte basque-Landes d’affilée, championne de France l’an passé, en quart de finale, cette saison ! Le titre du comité s’est alors dessiné, titre qui a octroyé la montée en Fédérale tant recherchée. Et la suite ? « Elle appartenait aux joueurs, précise Bruno Doussy, le président. Le titre de champion de France, c’était leur aventure. Et ils se sont dit : on va aller le chercher ! Il faut saluer leur investissement. »

L’aventure ne fut pas facile, en effet. Même s’ils s’étaient bardés de certitudes en dominant largement le championnat territorial et en participant au challenge de l’Espoir, se qualifiant pour les quarts de finale face à des formations de Fédérale 3. L’écueil le plus redoutable serait les 16es de finale.

Face à Thuir, les Catalans invaincus jusqu’à cette étape. Match remporté aux tirs au but, 8 à 7… « C’était pour nous, la meilleure équipe, poursuit Bruno Douissy. Le vainqueur était appelé à être champion de France ! » Vérifié. Même s’il fallut venir à bout des Béarnais de Coarraze-Nay, péniblement, en quarts.

Des doutes dissipés

Ce titre et ce parcours auront dissipé les doutes de Soustons, s’il y en avait, quant à leur avenir en Fédérale 3. « On s’est aguerri, souligne le président. Le plus difficile sera la mêlée. Car on pousse sur 1,5 mètre en Fédérale 3. On a recruté deux piliers. Et l’engouement provoqué par ce titre va nous porter. On va continuer sur cette dynamique. Et pour nous la Fédérale, c’est la tradition. »

Soustons va aussi s’appuyer sur sa structure originale. Le club est en entente avec Tyrosse et Capbreton-Hossegor, depuis les minimes jusqu’aux juniors. Les meilleurs se dirigent vers le club de Fédérale 1, et, les autres rejoignent Soustons ou Capbreton-Hossegor. Les clivages sont dépassés et tout se passe en bonne intelligence. « On a ainsi un bon réservoir ! », conclut Bruno Doussy. Soustons est sur de bons rails pour assurer son futur en Fédérale 3, sa véritable place.

Par Edmond Lataillade

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?