Tournefeuille, le blé en herbe

  • Tournefeuille, le blé en herbe
    Tournefeuille, le blé en herbe
Publié le , mis à jour

L’AS Tournefeuille, en entente avec le Stade toulousain, a été sacrée championne de France en Teulière. Un titre qui honore une politique sportive essentiellement axée sur la formation.

La terre ovale de l’Ouest toulousain est particulièrement fertile et, où la valeur de la jeunesse, n’attend pas le nombre des années. À Colomiers, les moins de 16 ans ont respectivement été finalistes Alamercery et vainqueurs Gaudermen. Quant au voisin tournefeuillais, il s’est brillamment illustré le 19 juin à Poussan, en dominant lors de l’ultime rendez-vous de la saison, les banlieusards lyonnais de Meyzieu (29-3).

À cette occasion, les jeunes tournefeuillais devenaient la deuxième formation midi-pyrénéenne (après Villefranche-de-Lauragais en 1993) à soulever ce très convoité bouclier Teulière.

Depuis la pépinière

Mais avant d’arriver à cette belle apothéose du 19 juin, encadrement et dirigeants avaient une petite idée derrière la tête. En tout début de saison, ils ne cachaient pas leurs ambitions de jouer les premiers rôles dans cette épreuve. « Nous avions la certitude que nous pouvions faire quelque chose de positif car 60 % de ce groupe se connaît depuis la pépinière. Au fil des catégories, ce collectif a grandi, pris de la maturité.

Outre leurs qualités sportives, ces jeunes entretiennent de solides rapports amicaux. Dans cette équipe, il y a aussi beaucoup d’humanité, ce qui est un bel atout pour faire face à l’adversité », se flatte le président du club, Laurent Carrère.

Ce groupe est certes talentueux. Il a eu tout de même un petit moment de faiblesse lorsque Rodez est venu s’imposer à domicile (25-20). « C’est la seule défaite de la saison. En fait, ce fut un mal pour un bien. Après cette défaite, les entraîneurs ont remis des choses en place. Cette défaite a permis une belle remise en question », ajoute Laurent Carrère. Après cet écart de route, l’AST a enchaîné les succès jusqu’à cette inoubliable journée du 19 juin.

Quant à l’avenir de cette équipe, il est tout tracé, le comité directeur du club souhaite que, dans quatre, cinq ans, l’ossature de cette équipe moins de 16 constitue l’épine dorsale de l’équipe fanion. « Nous avons une politique de formation. Sur le plus long terme, nous avons ambition d’évoluer en Fédérale 2 avec le maximum de joueurs issu de nos équipes de jeunes », conclut le président. Avec sa jeunesse triomphante, l’avenir sportif de l’AST est plus que radieux.

Le groupe :

Boyer, Celaya, Petit, Arnould, Hamdi-Bey, Barollo, Lafabrègue, Caubet, Serieys, Duroux, Senas, Calmejane, Pandor, Lourdet, Popoff, Ducoas, Vasseux, Aubert, Letienne, Béchu, Vianey, Leyssenot, Loncq, Maurette, Jeanjean, Maire, Barbet, Bardina, André, Davril, Carrère, Rabion, Navarro, Isserte, Mendy, Serres, Marinesco, Delmas.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?