Aux portes de l'exploit

  • Aux portes de l'exploit
    Aux portes de l'exploit
Publié le / Mis à jour le

Les Brumbies représentent, seuls, l'Australie en quarts de finale du Super Rugby. Demain au GIO Stadium (10h00), ils s’attaquent à une montagne, les Highlanders. On décrypte cette équipe.

Parcours :

 

C’est simple, les Brumbies, sur leurs cinq défaites de la saison, ont perdu quatre matchs contre des équipes néo-zélandaises (Blues 40-15, Highlanders 23-10, Crusaders 40-14 et Chiefs 48-23). Autant vous dire qu’au moment de recevoir les Highlanders, plutôt en forme en cette fin de phase régulière (trois victoires consécutives), les hommes de Stephen Larkham ne sont pas dans une confiance optimale. Le mois d’avril a failli être fatal aux Australiens. Petit rappel, on est le 30 avril et les Brumbies viennent de perdre leur troisième match en un mois contre une équipe néo-zélandaise, les Highlanders justement. Et par la même occasion voient revenir dans leur sillage, les Waratahs, complètement largués trois semaines auparavant. Au final, la qualification s’est joué de peu lors de la dernière journée, les Brumbies se qualifient pour la troisième fois d’affilée en quarts de finale. Le point positif avant d’entamer cette rencontre. Les coéquipiers de Stephen Moore ont gagné leur quatre derniers match à domicile face à des équipes NZ’s.

 

Style de jeu :

 

Un peu similaire à celui pratiqué par l’équipe d’Australie. Stephen Larkham, le manager des Wallabies est d’ailleurs dans le staff du sélectionneur Michael Cheika. Du jeu rapide, à une passe et qui finit souvent au large. Le but est d'épuiser son adversaire. Très peu de joueurs lourds dans l'équipe de Canberra. Les Brumbies ont la particularité d’avoir deux demi d’ouvertures qui peuvent jouer centre en la personne de Matt Toomua et Christian Lealiifano. Donc beaucoup de vitesse dans le jeu au large. Très peu de percutions de la part de Toomua (qui sera aligné premier centre vendredi), laissant ce rôle à Tevita Kuridrani qui joue rôle de bulldozer mais qui s'avère être un joueur très technique capable de off-load (passe après-contact) très souvent dans un match.

 

 

Le joueur :

 

Il fait son retour au meilleur des moments après sa blessure lors du test match face à l’Australie. Celui qui est actuellement réputé pour être le meilleur troisième ligne centre du monde (il jouera à l'aile exceptionnellement contre les Highlanders) peut changer l’état d’esprit de son équipe rien que par sa présence. Travail infatigable dans les rucks, il est un poison pour les défenseurs. Il guide très bien ses mêlées et est par ailleurs aussi un redoutable finisseur. Le joueur de 28 ans maitrise parfaitement le concept de premier passeur-premier soutien. Son duel avec le capitaine des Highlanders,  Christie risque d'être détonnant. 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir