[SAGA TOP 14] Pau, les douze travaux

  • [SAGA TOP 14] Pau, les douze travaux
    [SAGA TOP 14] Pau, les douze travaux
Publié le , mis à jour

Nouveau centre d’entraînement, nouvel entraîneur, huit recrues au niveau du paquet d’avants en attendant un nouveau stade du Hameau. Cet été, à la Section, beaucoup de choses ont évolué pour un seul but : s’installer en Top 14.

«Petit club aux grandes ambitions », selon son vice-présent Yannick Le Garrérès, la Section paloise s’apprête à vivre la saison « de tous les dangers». Onzième du Top 14 pour son retour en Top 14 après neuf ans d’absence, la greffe des doubles champions du monde, Conrad Smith-Colin réussie, un taux de remplissage du Hameau ultra satisfaisant, l’an I du renouveau de la formation béarnaise a été sur tous les plans positifs.

Et même si son manager exigeant, Simon Mannix, souhaite une « progression par rapport à l’an passé où nous avons simplement fait un peu mieux que le minimum syndical », ils seraient beaucoup à Pau et dans l’entourage du club à se satisfaire d’un simple maintien. La raison ?

Le Hameau en reconstruction

D’abord, le Hameau, qui a joué l’an passé un véritable rôle de seizième homme, va se voir amputer pour cause de travaux de 2 000 places. La mairie a lancé un vaste plan de rénovation et d’agrandissement de son stade de rugby, mais cela va prendre du temps.

D’ici là, il va falloir serrer les rangs et même si la campagne d’abonnements a déjà battu les records de l’an dernier (5 000 abonnés au 15 juillet), les travaux qui ont débuté vont dénaturer temporairement l’ambiance de l’enceinte.

Le Pari Carl Hayman entraîneur

Et des zones de travaux, la Section en compte d’autres, à commencer par son nouveau centre d’entraînement qui a coûté 1,7 million d’euros à la SASP, situé au stade de l’Ouste, pas complètement fini pour la reprise des joueurs. Bref, cet été on essuie les plâtres en attendant des jours meilleurs. Autre chantier, transformer le pari Carl Hayman. L’ex-pilier droit des All Blacks (45 sélections), triple champions d’Europe et champion de France avec le RCT, va égrener ses galons d’entraîneur à la Section paloise en charge des avants.

Et être une légende dans son sport ne garantit en rien, de devenir un technicien reconnu et compétent. Pourtant quelques indices plaident en la faveur de l’ancienne poutre du paquet d’avant toulonnais. Tout d’abord, sur la fin de sa carrière comme joueur, Carl Hayman s’est beaucoup investi lors du travail en mêlée et les séances spécifiques. On dit dans le Var qu’il est la pierre angulaire des performances des avants en conquête lors du doublé en 2014. D’autre part, il s’est fait la main en tant qu’entraîneur durant deux saisons chez les amateurs en venant en aide aux avants du club de la Vallée du Gapeau dans le Var (Fédérale 3).

Huit recrues à intégrer chez les gros

Reste aussi, l’intégration des nombreuses recrues chez les avants et la gestion du temps de jeu qui s’annonce plus complexe que l’an passé. Hamadache, Tutaia, Metz, Armitage, Gunther, Diarra ou encore Mowen. Sur le marché des transferts, Pau s’est montré très actif chez les gros, et il faudra que l’amalgame se fasse.

Voilà pourquoi, au moment de débuter cette saison aussi excitante que dangereuse, Yannick Le Garrèrés, conscient de la tâche qui attend ses hommes, souhaite d’abord et avant tout « le maintien à tout prix parce que nous allons être six ou sept clubs concernés par la relégation. On veut certes constater de la progression dans nos résultats mais avant tout rester en Top 14 ». Le cap est fixé pour le dernier trimestre de 2016. En 2017, il sera alors temps de penser alors à l’Europe, le Hameaau commencera architecturalement à devenir une véritable cathédrale, où résonneront encore plus les chants des Béarnais.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?