Saint-Raphael Fréjus : bousculer les habitudes

  • Saint-Raphael Fréjus : bousculer les habitudes
    Saint-Raphael Fréjus : bousculer les habitudes
Publié le , mis à jour

Vieil habitué de la Fédérale 2, Saint-Raphael Fréjus se verrait bien se mêler aux premiers rôles et goûter de nouveau aux matchs de phase finale. Malgré un petit budget, le club varois a faim.

Il y avait la place pour un autre épilogue. Trois revers sur ses trois derniers rendez-vous. Un seul petit succès en voyage. « On a décroché un maintien confortable, on s’est mis rapidement à l’abri, mais, c’est vrai qu’il y avait sans doute mieux à faire », reconnaît le technicien Raphaël Roggi. Le club varois rempile donc pour un nouvel exercice à cet étage. « On est des vieux habitués de cette Fédérale 2 », sourit-il. « Actuellement, c’est notre place, assure, de son côté, le patron Christian Carillo. C’est parfois lassant, mais il faut aussi être réaliste. »

Cela n’interdit pas de chercher à placer le cursus un tantinet plus haut qu’à l’habitude. D’ailleurs, au Carf, on a l’ambition, cette fois-ci, de boucler dans les six premiers. De se mêler aux clubs aux gros budgets. « On a tout simplement l’envie d’aller le plus loin possible, se projette Raphaël Roggi. Cela fait maintenant trop longtemps que l’on n’a plus poussé les portes d’une phase finale. » « On s’est armé pour ne pas se retrouver trop tôt au pré, s’amuse Christian Carillo. Mais on reste un petit Poucet. »

De l’expérience et du poids

Pour l’aider à grandir, le club varois s’est donc étoffé. « On a fait un recrutement intelligent. Des gars avec un état d’esprit, des revanchards pour lesquels les notions de copains, de famille et de collectif ne sont pas de vains mots », observe le coentraîneur varois. Pour asseoir davantage sa mêlée, il est allé chercher du lourd et de l’expérience et mis l’accent sur sa deuxième et sa troisième ligne. Avec notamment la venue de l’ancien international tonguien Fakataha Molitika (1,97 m, 130 kg), passé comme joker médical par le Racing 92 alors en Pro D2, puis par Saint-Nazaire et la Fédérale 1 et, depuis 2007, par Massy.

Il a aussi porté son dévolu sur le Géorgien passé par Lavaur, Toma Baliashvili (1,97 m, 125 kg), et enfin sur Bakari Tambadou (1,93 m, 109 kg) en provenance de Nice après un crochet par les espoirs de Tarbes et de Bobigny. « C’est un recrutement épais et dense. Notre effectif est jeune, mais on manquait de poids. C’est le complément dont on avait besoin », assure Christian Carillo. « On a aussi réussi à conserver l’essentiel de notre effectif. Il a une âme et des valeurs. Cette saison encore, on ne donnera rien et l’on ne lâchera rien », assure le coentraîneur varois.

Le Carf a-t-il les moyens de se hausser un peu plus encore du col en fin de saison ? « L’accession est dans les têtes, on est des compétiteurs, mais il faut aussi être réaliste, note Raphaël Roggi. Le club n’a pas les moyens financiers et n’est pas encore assez structuré pour la Fédérale 1. » « Il faut être humble, le temps n’est pas à monter. Qu’est ce qu’on ferait en Fédérale 1, s‘interroge le patron du club Christian Carillo. L’heure est avant tout à parfaire notre identité et à confirmer notre saison humainement riche de l’an dernier. À séduire par nos résultats et notre jeu. Terminer dans les quatre serait déjà une belle récompense. » La reprise de l’entraînement a été fixée au 25 juillet.

Club athlétique raphaëlo-fréjusien

Date de création : 1902
Nombre de licenciés : 400
Plus haut niveau atteint : Fédérale 2
Palmarès : Vice champion de France fédérale 3 (2008)
Budget : 480 000 €
En 2015-2016 : Fédérale 2, 6e poule 4. Maintenu

Par Olivier Gagnebien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?