[SAGA TOP 14] Le pari Ratini

  • [SAGA TOP 14] Le pari Ratini
    [SAGA TOP 14] Le pari Ratini
Publié le , mis à jour

Après avoir été licencié de Grenoble pour des problèmes extra-sportifs, l’ailier fidjien, Alipate Ratini, se voit offrir une réelle chance de rebondir à Paris. Mais il sait qu’il n’aura pas de droit à l’erreur.

Souvenez-vous. C’était le 15 juillet 2015. Lassés de son comportement extra-sportif, notamment après son renvoi du centre de rééducation de Capbreton, les dirigeants du FC Grenoble décident de rompre le contrat d’Alipate Ratini. Quelques jours plus tard, Simon Raiwalui, ancien capitaine de la sélection fidjienne, véritable « papa » pour tous les Fidjiens de l’hexagone, décroche son téléphone pour prendre des nouvelles de son compatriote.

Un pari osé

« C’était juste pour savoir comment il allait, pour savoir s’il avait besoin d’aide », explique l’imposant entraîneur des avants du Stade français. à l’époque, le jeune joueur de 23 ans est complètement paumé, totalement déboussolé au milieu d’une culture qu’il ne maîtrise pas encore. Il ne sait quoi faire, ni où aller. « Je lui ai proposé de venir chez moi, raconte encore Raiwalui. Pendant près de six semaines, il est resté à la maison. Il était alors comme mon quatrième enfant. » Ce laps de temps, Alipate Ratini le met à profit pour soigner son tendon d’Achille, se reconstruire et préparer l’avenir.

Avant de rentrer au Fidji pour jouer notamment avec la sélection à VII, il rencontre les dirigeants du Stade français.« Nous avons beaucoup discuté avec lui, nous l’avons testé un peu, explique le président Savare. Il nous a semblé que le pari était jouable. C’est un garçon qui a beaucoup de qualité, à un poste où on avait peut-être besoin de renforcer l’équipe. On sait qu’il a eu des problèmes de comportement par le passé. Il est averti qu’on sera très vigilant de ce point de vue-là. La présence de Simon (Raiwalui) est un facteur important dans le choix de ce recrutement. Alipate sera encadré par Simon tout au long de la saison. »

« Une réelle plus-value mais... »

« C’est un bon gamin, reprend l’entraîneur des avants parisiens. De toute façon, je serai toujours derrière lui, il le sait. S’il faut lui mettre une claque derrière la tête, je le ferai. » Et pour ceux qui ont déjà serré la main de Raiwalui, l’avertissement a de quoi dissuader. Le pari du Stade français vaut probablement le coup d’être tenté. Sur le plan sportif, Ratini a prouvé au cours de ses deux années à Grenoble combien il peut être un joueur précieux. Un finisseur. « Il sent la ligne » dit de lui Raiwalui.

Après une première saison (2013-2014) en guise d’adaptation, il confirme avec Grenoble tout son potentiel. Il inscrit notamment lors de l’exercice 2014-2015 dix essais, ce qui le place alors sur la troisième marche du classement des meilleurs marqueurs du Top 14. « S’il parvient à s’adapter, Alipate sera une réelle plus-value pour notre effectif, soutient Gonzalo Quesada. Mais il n’aura pas le moindre joker. » Et le directeur sportif de conclure par une mise en garde : « à la moindre sortie de route, il ne pourra pas continuer avec nous. »

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?