Montpellier, une rentrée musclée

  • Montpellier, une rentrée musclée
    Montpellier, une rentrée musclée
Publié le , mis à jour

Avec seulement un mois de préparation avant le premier rendez-vous en Top 14, le MHR a dû s’adapter à cette contrainte de temps.

Un mois de vacances pour évacuer la saison précédente, un autre mois pour préparer celle qui débute le 20 août prochain. Montpellier, demi-finaliste en juin, débute une véritable course contre-la-montre avant d’attaquer une première étape de montagne avec deux cols au programme des deux premières journées : Toulouse et Clermont. Profitant de ses dernières heures d’accalmie avant la tempête de la reprise officielle mercredi, le préparateur physique Dominique Schenck était conscient de la tâche qui attendait son équipe : « Une préparation aussi courte, c’est nouveau pour tout le monde mais nous allons essayer de faire au mieux pour être prêt pour le premier bloc de match. »

Autant dire que personne ne chôme depuis mercredi matin et tous seront encore assidus ce samedi matin. Il n’est pas question de perdre du temps précieux « puisque la préparation physique pure ne va durer que huit jours. La quinzaine suivante sera consacrée à la partie rugby puis nous entamerons déjà une semaine de préparation de match. » Les deux premiers jours ont permis à jauger le niveau physique des joueurs et aux entretiens individuels pour optimiser les séances suivantes. Reste à savoir comment les joueurs du MHR auront digéré une « dernière saison qui a duré onze moins et trois semaines » ?

En revanche, Dominique Schenck n’était pas inquiet sur les possibles écarts nutritionnels et sur les dégâts du farniente pendant les vacances : « Nous leur avions demandé de couper totalement pendant leurs premiers quinze jours de vacances. Lors de la troisième semaine, nous leur avions conseillé de reprendre des activités sportives, comme faire des parties de football avec les copains ou des randonnées puis d’entamer du cardio plus classique lors de la quatrième semaine avec reprise de la musculation sans matériel. Après, il est certain que les trente-sept joueurs n’ont pas respecté le programme à la lettre mais je ne suis pas inquiet. Par expérience, je sais que les nouveaux joueurs sont toujours prêts à la reprise. Les anciens commencent à me connaître et ils sont maintenant au courant du programme qui les attend s’ils n’ont pas tenu les objectifs fixés notamment en termes de poids : ils viendront dès 6 heures du matin et termineront leur journée à 20 heures pour rattraper leur retard. »

Se préparer aux contacts

Mais la durée très courte de la période consacrée essentiellement à la préparation physique pourrait devenir un atout : « Ils arrivent que les joueurs débutent les longues préparations en étant rebutés et en ayant mal au bide. Cette année, ils savent qu’elle ne va durer que huit jours. Ils savent aussi qu’ils ont intérêt à s’y mettre très vite vu le programme qui les attend en début de championnat. Alors, même si nous ne sommes pas des magiciens car il existe des règles physiologiques et anatomiques contre lesquelles on ne peut rien faire, notre objectif va être de préserver la fraîcheur des joueurs et éviter de les cramer avant la partie rugby. Nous irons à l’essentiel pour ne pas les épuiser, que ce soit physiquement ou mentalement. »

Beaucoup de travail en salle avec entre huit et dix séances de musculations et seulement trois séances sur le terrain lors des huit premiers jours de travail pour ne pas solliciter trop les articulations et éviter la panne sèche lors du premier rendez-vous en Top 14. « Les trois ou quatre premiers matchs seront dans la continuité de la préparation de notre présaison. Ils vont nous permettre de trouver notre rythme car nous allons faire énormément de musculation et moins de courses que les années précédentes. » L’objectif est de trouver rapidement de la force, l’endurance viendra avec la compétition. Un choix assumé par Dominique Schenck et son équipe de préparateurs physiques : « Il faut que les joueurs se sentent costauds physiquement. C’est très important pour qu’ils se sentent bien mentalement au moment d’attaquer les premiers matchs. Ils doivent être rassurés sur le fait que nous aurons fait le nécessaire pour encaisser les premiers contacts. »

Alors pour trouver un niveau d’endurance suffisant, le travail de musculation sera adapté à l’équation de cette préparation raccourcie : « Nous allons essayer via le travail de musculation de faire monter les pulsations pour habituer le corps à travailler à des intensités importantes. Ce sera aussi le cas lors de nos rares séances sur le terrain avec des exercices intenses et avec de nombreuses répétitions. » En espérant que ce soit suffisant pour gagner cette folle course contre le temps.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?