Jones : « Guy Novès a des méthodes similaires »

  • Jones : « Guy Novès a des méthodes similaires »
    Jones : « Guy Novès a des méthodes similaires »
Publié le , mis à jour

Le sélectionneur de l'Angleterre, Eddie Jones, s'est confié dans les colonnes du Midi Olympique sur le retour au premier plan du XV de la Rose. Retour en cinq déclarations sur ce qu'il faut en retenir.

1- Ce qu'il sur ses méthodes d'entraînement

 

« Nous ne nous entraînons plus que deux fois par semaine. Le mardi, nous faisons un entraînement de cinquante minutes : très intense, sans temps mort et le plus souvent avec une grosse opposition. Dans l’idéal, il faut que la séance soit plus dure que le match qui suit. Même chose le jeudi, mais sur une séance cette fois-ci réduite à trente-cinq minutes. Ça leur fait le cuir, croyez-moi… »

 

2- Ce qu'il dit sur le futur du XV de la Rose

 

« Je veux intégrer des jeunes, injecter du sang frais. Mon histoire favorite du Mondial 2003 raconte d’ailleurs que lorsque Jonny Wilkinson a fait son premier entraînement avec le XV de la Rose, il ressemblait à un bec bunsen. Un feu intérieur le consumait. Il était plein de colère. Je veux des jeunes gens tels que lui, des mecs capables de casser la zone de confort des autres. Le principe de base est celui-ci : d’un match à l’autre, il y a toujours quinze places à prendre. »

 

3- Ce qu'il dit sur Dylan Hartley, son capitaine controversé

 

« L’Angleterre n’est jamais aussi forte que lorsqu’elle est agressive, dure au mal et détestée. Et puis, les plus grands capitaines sont souvent des avants, après tout. A la tête de cette équipe, je voulais un vrai mec, un mec qui parle aux gens. La première fois que j’ai rencontré Dylan, c’était dans un pub près de Northampton. J’ai tout de suite aimé la façon dont il s’adressait aux gens, du cuisinier jusqu’au plongeur. Il était ancré dans sa réalité, s’intéressait à leurs vies. Je l’ai trouvé profondément Anglais, profondément humain. Sur le terrain, Dylan est un peu comme Tarzan. Il joue avec son cœur. »

 

4- Ce qu'il pense du XV de France

 

« L’équipe de France est dans la bonne direction. J’ai d’ailleurs l’impression que Guy Novès a des méthodes similaires aux miennes. On est de la même génération, après tout. Il est revenu à la nature profonde du jeu français. Ses prédécesseurs ne s’intéressaient qu’à la puissance, aux centimètres et aux kilos ; le mouvement du ballon n’avait à leurs yeux aucune importance. Guy Novès a changé d’approche. Il a aussi fait comprendre à ses hommes la signification profonde d’une sélection, le poids d’une histoire, d’un maillot… J’ai fait un peu la même chose, en Angleterre. »

 

5- Ce qu'il pense du système de sélection anglais

 

« Notre système est sain : 75 % des joueurs évoluant en Premiership sont aujourd’hui éligibles pour l’équipe d’Angleterre. En France, 50 % des joueurs du Top14 sont sélectionnables. L’équilibre y est donc plus fragile et cela met la sélection en danger. Regardez ce qu’il s’est passé avec le onze d’Angleterre pendant l’Euro : l’équipe a perdu contre l’Islande ! L’Islande, vous rendez-vous compte ! En Premier League (Première division de football, N.D.L.R.), 25 % des joueurs sont éligibles pour la sélection nationale. Il n’y a pas de secret… »

 

 

L'interview est à retrouver dans son intégralité dans le Midi Olympique du 25 juillet 2016, disponible actuellement en kiosque

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?